Les limites de l’endurance !

Les limites de l’endurance !

Des chercheurs américains ont pu estimer la limite physiologique absolue de l’endurance humaine

Les limites ne sont pas uniquement dans la tête : après avoir étudié les performances des coureurs de longues distances, des cyclistes du Tour de France, et des athlètes de divers évènements sportifs, des chercheurs ont identifié les limites maximums de notre endurance.

L’endurance, ce n’est pas seulement dans la tête

« Continue, c’est dans la tête », voilà sûrement ce que vous vous dites pendant votre running du dimanche matin, voire pendant les longues heures de votre dernier marathon…. On croyait jusqu’ici que les limites de notre endurance pouvaient être repoussées par le mental. En théorie, un ultra marathonien pourrait récupérer autant d’énergie qu’il en a dépensé d’un jour ou d’un mois sur l’autre, tant qu’il s’alimente correctement et régule sa température. Eh bien non, passé un certain stade, les êtres humains ne sont plus capables de repousser leurs limites physiques. Selon la science, cette affirmation serait véridique, même pour Kilian Jornet et son impressionnant palmarès.

La limite de l’endurance dépend du métabolisme de base

Le métabolisme de base correspond aux besoins énergétiques « incompressibles » de l’organisme, autrement dit, à la dépense d’énergie minimum nécessaire à l’organisme pour survivre au reposUne étude publiée en juin dernier par des chercheurs de Duke University (Caroline du Nord), affirme que la limite de l’endurance serait égale à 2,5 fois le taux métabolique de base, soit environ 4 000 calories/j pour une personne moyenne. Au cours de performances sportives « courtes », allant jusqu’à quelques semaines, les sportifs sont capables d’augmenter de 5 à 10 fois leur métabolisme de base. Mais, passé 20 jours d’épreuves sportives, ce taux redescend pour se figer autour de 2,5. Le corps commencerait ainsi à brûler les calories plus rapidement qu’il ne peut les absorber.

En outre, plus le défi sportif est long, et plus il devient difficile de brûler des calories. Un effort important serait donc insoutenable sur une longue durée.

Le système digestif lâche avant les muscles

D’après les chercheurs, ce palier serait dû au travail du système digestif et à son incapacité à assimiler et transformer les calories absorbées en énergie, à partir d'un certain seuil. Aussi, l’appareil digestif serait davantage en cause que les muscles ou que les capacités cardiovasculaires. L’autre résultat insolite de cette étude, c’est que les femmes enceintes vivraient à la limite de ce taux : soit 2,2 fois le taux métabolique de base. De vraies pros de l’endurance ! Cette étude aura certainement un impact sur la préparation des sportifs, et notamment de certains marathoniens, qui continuent de prendre du poids durant leur préparation sportive.

Sources : http://www.slate.fr/story/178143/limites-ultimes-endurance-humaine / https://www.sciencesetavenir.fr/sante/des-chercheurs-etablissent-la-limite-de-l-endurance-humaine_134312 / https://vital.topsante.com/je-reste-en-forme/sport-et-sante/on-a-trouve-la-limite-de-l-endurance-humaine-4119 / https://www.lequipe.fr/Coaching/Running/Actualites/La-limite-ultime-de-l-endurance-a-ete-revelee/1029513

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Santé

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

9 commentaires

Questions & Réponses Santé

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

    
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok