Le minimalisme pour réduire la lombalgie liée à la course à pied ?

Le minimalisme pour réduire la lombalgie liée à la course à pied ?

La course à pied est le sport qui a bénéficié de la plus grande rapidité de développement ces dernières années, à titre d’exemple, on estime que le nombre de marathoniens a augmenté de plus de 75,5% au cours de la dernière décennie. Parallèlement à cet engouement pour la course à pied, le nombre de blessés a aussi augmenté.

Les blessures lombaires en chiffres

Quelques chiffres :

  • 23,1% des coureurs débutants par an qui souffrent de blessures (dos et membres inférieures)
  • 10,1% des coureurs ont déclaré souffrir d'une blessure lombaire liée à l’entrainement au cours des 12 derniers mois.
  • 25-35% des blessures liées à la course concernant le dos et le bassin
  • 30 kilomètres/semaines augmentent par 5 la probabilité de souffrir d’une lombalgie chronique

A quoi sont dues ces blessures ?

Les impacts répétés durant la course peuvent être considérés comme le mécanisme possible qui provoque des changements structurels au niveau lombaire et des douleurs chez les coureurs. Une étude antérieure avait mis évidence par IRM, après 1h de course à pied, des réductions transitoires de hauteur de disques vertébraux, notamment au niveau de la région lombo-sacrée, correspondant à la zone d'absorption de charge la plus élevée.

En réalité, ce ne sont lesdites modifications structurelles de la colonne vertébrale qui peuvent être vecteurs de douleur, mais plutôt la contrainte mécanique associée à la charge répétitive de course qui potentiellement peut conduire à des changements dans la structure de la colonne vertébrale et éventuellement des symptômes de sur-utilisation musculo-squelettiques, y compris les lombalgies liées à la course à pied.

L'intérêt récent pour la capacité naturelle du corps à atténuer les charges d'impact pendant la course pied a conduit à l’essor de la course pieds nus et minimaliste. En raison de l’absence d'atténuation d'impact par la chaussure, les coureurs adoptent une transition d’attaque du pied (de l’arrière vers le médio-pied ou l’avant-pied), une diminution de la force d'impact et probablement des changements cinématiques dans la région lumbo-pelvienne sans que cette dernière n’ait été démontrée.

La course minimaliste comme solution ?

D’après les auteurs d’une étude publiée récemment « ADAPTATIONS OF LUMBAR BIOMECHANICS AFTER A FOUR-WEEK RUNNING TRAINING WITH MINIMALIST FOOTWEARTECHNIQUES : IMPLICATIONS FOR RUNNING-RELATED LOWER BACK PAIN » dans la revue Physical Therapy in Sport, l'effet de la course minimaliste sur l'activation des muscles paravertébraux n'a jamais été étudié.

En effet, selon l’hypothèse une sur sollicitation excessive des muscles paravertébraux contribue à augmenter la charge lombaire.

Dans ce contexte de recherche, ils ont étudié (avant, pendant et après) les effets d'un entrainement de 4 semaines de courses minimalistes sur la cinématique lombaire et l'activation des muscles paravertébraux chez des coureurs habituellement chaussés et qui parcourent 10-50 km par semaines.

Leurs résultats montrent que l'incorporation de la chaussure minimaliste associée à des conseils techniques dans un entrainement de course à pied peuvent induire des changements significatifs dans la biomécanique lombaire. Ils ont pu observer chez les coureurs une posture lombaire plus étendue et une diminution de l'activation des muscles paravertébraux lombaires, ce qui va dans le sens d’une diminution possible des lombalgies liées à la course à pied.

En pratique :

La lombalgie du coureur est un motif de consultation très courant en cabinet d’ostéopathie du sport. Comme précisé dans l’article, il est important que votre ostéopathe vous prodigue des conseils posturaux dynamiques afin d’optimiser votre biomécanique durant la course, favoriser une bonne répartition des charges et tenter d’économiser votre effort. En réalité, de manière sous-jacente, même lorsque le sportif nécessite un perfectionnement de sa posture ou de son geste sportif, la lombalgie signe souvent une mauvaise adaptation biomécanique du rachis due à une dysfonction ostéopathique locales et/ou à distance et/ou d’anciennes blessures mal soignées. En tout état de cause, dans un contexte de lombalgie, il convient de ne pas tarder à consulter pour effectuer un bilan ostéopathique global (statique et dynamique).

Lire aussi : 

Que peut-on attendre des vêtements de compression ?

Le port d'une gouttière occlusale pourrait-il améliorer les performances sportives ?


Crédits photo : Mopic/Fotolia & vit_kitamin/Fotolia

Lee, S.-P., Bailey, J.P., Smith, J.A., Barton, S., Brown, D., Joyce, T., ADAPTATIONS OF LUMBAR BIOMECHANICS AFTER A FOUR-WEEK RUNNING TRAINING WITH MINIMALIST FOOTWEARTECHNIQUES: IMPLICATIONS FOR RUNNING-RELATED LOWER BACK PAIN, Physical Therapy in Sports (2017)


 Cédric de Tombeur

 Ostéopathe du Sport

 www.osteo-du-sport.fr

 Page Facebook

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Santé

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

13 commentaires

Questions & Réponses Santé

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok