L’importance du sommeil pour les coureurs

L’importance du sommeil pour les coureurs

Le sommeil joue une importance primordiale dans la récupération du coureur à pied. Mais pour cela, il faut faire le nécessaire pour qu’il soit bon et réparateur. C’est seulement dans ces conditions qu’il aura un véritable impact sur vos performances et votre entrainement. 

Dormir plus pour se blesser moins 

Beaucoup de personnes pensent, à tort, qu’une seule bonne nuit de sommeil est suffisante pour récupérer de plusieurs soirées tardives. C’est pourtant faux. Pour pleinement récupérer, il faut enchaîner plusieurs nuits complètes (environ 8 heures de sommeil la nuit). Effectuer une cure de sommeil si l’on peut dire. C’est d’autant plus important chez le coureur, que des nuits plus courtes sur une longue durée, une dizaine de jours par exemple, provoquent une baisse de performances dans la journée équivalente à une nuit blanche.

En plus de la baisse de ses performances, un coureur fatigué est plus exposé que les autres à la blessure, notamment les blessures musculaires comme la tendinite ou des pathologies traumatiques comme les entorses. Non pas que l’organisme soit affaibli, mais par la perte de vigilance amenée par la fatigue. Une baisse de sommeil, même légère, augmente donc le risque de blessures.

Un footing régulier pour un bon rythme de sommeil  

Pour garder un bon rythme de sommeil, veillez à ne pas faire d’exercice trop tard. En effet, pour vous s’endormir rapidement, le corps a besoin de se refroidir. Or, quand vous faites du sport, comme une séance de running, celui-ci se réchauffe. Il libère également des hormones euphorisantes qui retarderont, elles aussi, votre endormissement. Une activité physique pratiquée trop tard en journée dérègle ainsi votre horloge biologique et joue donc sur la qualité de votre sommeil. Evitez donc de courir après 19 heures. Surtout que les deux heures précédentes correspondent à la fenêtre idéale pour réaliser et améliorer vos performances. Entre 17 et 19 heures, nos capacités aérobies et notre puissance maximale sont en effet au maximum de leur possibilité.

S’il est déconseillé de courir trop tard, un footing régulier permet de réguler son sommeil. Le jogging, évidemment sans excès, permet de mieux dormir. Il génère en effet une fatigue naturelle qui pousse votre corps vers les bras de Morphée une fois le soir venu. Surtout si vous le pratiquez tôt le matin, entre 6 et 8 heures, moment où le taux de cortisol est à son pic. Travailler régulièrement son endurance accentue la profondeur du sommeil, avec un effet sur le sommeil lent et profond, c’est-à-dire le plus récupérateur. Si votre emploi du temps ne vous permet pas de faire autrement que de courir le soir, prenez une douche bien froide avant de dormir. Cela va détendre vos muscles et votre organisme, plus enclin alors à récupérer.

Inversement, un surentrainement intensif provoque des insomnies, une diminution du sommeil lent, ce qui entraîne fatigue physique et contre-performances.

Le sommeil est un élément très important pour être opérationnel à 200% à l’occasion d’un entraînement ou d’une course. Prenez-en soin pour qu’il ait un impact positif sur vos séances de running. 


  Erwann Menthéour

  Spécialiste en nutrition et en préparation physique

  www.fitnext.com : site de coaching en ligne novateur

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Santé

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

28 commentaires

Questions & Réponses Santé

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

    
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok