En finir avec ces 10 mythes sur le running

En finir avec ces 10 mythes sur le running

Que vous soyez débutant ou confirmé, bien souvent, BOUM on vous rabâche les oreilles avec ces mythes et idées reçues sur le running. 

Pour rassurer les débutants, et donner des éléments de répartie aux coureurs confirmés, on casse ces 10 mythes sur le running. 

 

Dans la catégorie … Débutant

1. Je suis trop jeune / je suis trop vieux 

Pour les jeunes, comme pour les plus âgés, il n’y a pas d’âge limite pour se mettre au running. Pour les plus jeunes, il est évident que, comme pour toute autre activité physique, la course à pied doit d’abord être un jeu, une activité ludique, pratiquée pour le plaisir. Elle doit donc être encouragée, mais sans tomber dans l’ultra-entraînement, ou la spécialisation précoce. 

Pour ceux qui douteraient de leur capacité à débuter le running, car il se pensent “trop vieux”, sachez qu’il n’y a pas d’âge pour commencer ! Il faut simplement y aller progressivement dans son entraînement afin d’éviter les blessures et autres déconvenues. Beaucoup de runners ont commencé assez tard et continuent de courir, même après 100 ans ! 

2. Je suis trop lourd 

La course à pied est idéale pour perdre du poids ! Si vous avez des doutes sur votre état de santé, consultez votre médecin au préalable et ne commencez pas à courir trop vite. Si vous souffrez de troubles de santé liés à votre poids, assurez-vous d’avoir le “go” de votre médecin avant de commencer à courir. Donnez le temps à vos articulations et à votre corps de s’adapter à cette nouvelle activité. 

N’hésitez pas à alterner entre marche et course, et à compléter votre entraînement par d’autres sports complémentaires. Cela vous permettra de vous adapter tranquillement et de réaliser cette transition en douceur. 

3. Je ne peux pas courir car je n’ai pas de souffle 

Au contraire, la course améliore l’endurance cardiaque et donc le souffle ! Bien évidemment, il faut y aller progressivement pour constater des améliorations et ne pas hésiter à marcher dans un premier temps pour apprendre à faire des efforts plus longs. Le souffle se travaille, ce n’est en aucun cas une fatalité !

Dans la catégorie … santé 

4. La course à pied abîme les genoux

Une des idées reçues qui a le dos dur. Pourtant, la littérature scientifique s’accorde largement à dire l’inverse. Lorsque vous respectez une certaine progressivité et constance dans votre entraînement, votre corps va naturellement s’adapter aux impacts, et va développer un cartilage plus épais sur les zones concernées. Bref, la course à pied, si pratiquée convenablement aura plutôt tendance à renforcer vos genoux que l’inverse. 

5. La course à pied créée de l’arthrose 

Non ! Dans la même lignée que le mythe précédent, l’adaptation du corps au stress causé par la course à pied va se traduire par un renforcement des zones sollicitées. L’arthrose étant causée par l’usure des cartilages, courir avec modération, va, au contraire, protéger de cette dégénérescence. 

6. Il faut boire beaucoup plus 

Lorsqu’on court, on transpire et on a chaud. Jusque là c’est complètement normal. Pour éviter la déshydratation, pas de stress ! Il suffit de boire selon sa soif et de s’asperger d’eau pour se refroidir en cas de gros coup de chaud. 

7. Courir lorsqu’on est enrhumé/ lorsqu’il fait froid… c’est mauvais ! 

“Tu vas être malade” “Tu vas pas aller courir avec ton rhume?!”. 

Je suis sûr que nous avons déjà tous entendu ces phrases au moins une fois. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, un exercice régulier d’intensité modérée renforce votre système immunitaire. Par ailleurs, courir à l’extérieur peut aussi vous aider à surmonter votre dépression hivernale et à brûler plus de calories.

Une étude menée par des chercheurs américains a prouvé que l’activité physique permet de réduire la fréquence et les symptômes du rhume. Des résultats qui ont montré que les signes du rhume (toux, éternuements, écoulement nasal) étaient moins élevés (entre 43 et 46 %) chez les personnes actives que celles qui étaient inactives. En cause : l’activité physique permet de stimuler le système immunitaire, par une meilleure circulation des cellules de contrôle et de défense contre les infections. Vous pouvez donc continuer à vous entraîner si vos symptômes demeurent légers et bénins. 

Attention toutefois à ne pas en faire trop ! Il faut pratiquer une activité qui ne soit pas trop intense. Prenez garde également s'il y a fièvre et fatigue, il vous faudra observer un repos strict. En effet, dans ce cas, s'entraîner ne fera qu'affaiblir davantage votre organisme. 

Pensez toujours à demander conseil auprès de votre médecin au préalable afin de vous assurer de pouvoir ou non pratiquer vos activités favorites.

8. Lorsqu’on arrête de courir, tous les muscles deviennent du gras 

La diminution de la masse musculaire et l’augmentation du « gras » sont deux effets de l’arrêt de la pratique de l’activité physique, mais sont deux phénomènes indépendants. Le muscle que vous perdez ne se transforme pas en tissu adipeux.

Dans la catégorie … entraînement

9. Il faut consommer des gels / boissons sportives 

L’idée derrière les boissons sportives est que leurs électrolytes permettent d’éviter les crampes. Sauf qu’à ce jour, la science pointe plutôt vers un déséquilibre neuro-musculaire, amplifié principalement par la fatigue. Alors ralentissez, tout simplement.

Pour ce qui est des gels, ils sont conçus pour apporter les sucres nécessaires à l'organisme pour alimenter l'effort musculaire intense et/ou de longue durée. Si vous courrez à allure modérée et moins d'une heure et demi, pas besoin de gels ! 

10. Il faut absolument courir en fractionné/sorties longues 

Le fractionné est un excellent moyen pour progresser, mais attention il doit être réservé à des coureurs connaissant leurs capacités. Il n’est pas obligatoire de réaliser des séances de fractionné ! De plus, à trop vouloir réaliser des séances de fractionné sans écouter son corps, le stress mécanique induit par les sprints ainsi que la déformation de la foulée causée par la fatigue, vont excéder vos capacités. Méfiez-vous des changements trop rapides, écoutez votre corps et soyez patient ! 

BONUS : Il faut courir le matin/le midi/ le soir 

Chaque personne a un rythme biologique unique. Expérimentez toutes les combinaisons possibles pour déterminer ce qui vous convient le mieux et structurez ensuite vos sorties en fonction de votre expérience personnelle.

Sources : https://www.espaces.ca/articles/8973-13-mythes-a-demolir-sur-la-course-a-pied?fbclid=IwAR1nNPWm06y9aXt8_UTEv7DF9Ri6RnLUs2-mN4x7_vs1t6s_FpUKzHaOP3U / https://www.espaces.ca/articles/conseils/1370-20-mythes-sur-lexercice-physique 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Run & Smile

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

8 commentaires

Questions & Réponses Run & Smile

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       

S'inscrire à la newsletter

OK
Abonnez-vous !
Actus, conseils, entraînements, histoires de runners…
Chaque mois, nous vous envoyons le meilleur du running directement dans votre boîte mail !
Vous pouvez changer d'avis à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription qui figure dans l'email que vous recevrez ou en nous contactant directement sur le site
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok