Diane Peterson, la triathlète qui a refusé de se laisser abattre par le cancer

Diane Peterson, la triathlète qui a refusé de se laisser abattre par le cancer

A l'occasion des fêtes, découvrez l'histoire de Diane Peterson... Cette triathlète qui a refusé de se laisser abattre par le cancer et de courir !

Ingénieure puis femme au foyer...

Diane Peterson a vécu toute sa vie à Chicago. Alors qu'elle jouait dans l'equipe de Softball et de tennis de son lycée, elle n'avait pas pour habitude de courir, du moins seulement quelques kilomètres de temps en temps. Plus tard, devenue ingénieure, elle se consacrait à sa carrière. A l'aube de ces 39 ans, cette mère décidait d'écourter cette carrière professionnelle afin d'élever ses 2 enfants.

...avant de se lancer dans la course à pied puis le triathlon

Diane, convaincue par deux de ses amies, s'était alors mise à la course à pied. Très rapidement elle courait le marathon de Chicago avec un temps qui la qualifiait pour Boston. Deux ans plus tard, elle devenait triathlète et même coach de triathlon pour son club de fitness. Ce qui l'a attiré dans le triathlon, c'est la possibilité de constamment repousser ses limites.

Cancer du sein

En mai 2016, alors qu'elle s'entrainait, elle ressent une boule dans sa poitrine. Même si elle fait des mammogrammes regulièrement, elle décide alors de se rendre directement chez son médecin. Après avoir passé différents examens, on l'informe, la veille de ses 48 ans, qu'elle a un cancer du sein de stade 1 et qu'elle doit être opérée. Avant son opération, elle court un semi marathon en 1h34 et un semi Ironman en 5h30. Après son opération, les médecins installent un tube dans son bras pour un traitement de 3 mois (chimiothérapie) par prudence, le cancer ne s'étant pas propagé.

Courir contre la maladie

Plutôt que de se laisser abattre, Diane continue le sport. Elle se force à être active chaque jour et lorsqu'elle va à l'hopital, elle porte des t-shirts Ironman. Elle participe au triathlon olympique de Lake Zurich le 10 juillet et remporte sa catégorie d'âge en 2h31.  Elle participe également à un Irongirl Sprint (2ème de sa catégorie) après avoir commencé la chimiothérapie. Ci-dessous, une photo d'elle après la course de Lake Zurich :

Guérie, elle continue à courir

Elle raconte qu'un des effets secondaires de la chimiothérapie était que : courir à la même vitesse qu'auparavant augmentait son rythme cardiaque et lui donnait l'impression d'avoir un éléphant dans sa poitrine. Aujourd'hui guérie, Diane prépare un programme charge pour 2017, y compris 2 compétitions Ironman. Ci-dessous, Diane à la sortie de sa dernière séance a l'hopital.

Un exemple de détermination.

Photos : purpose2play.com/

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Run & Smile

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

17 commentaires

Questions & Réponses Run & Smile

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok