Pour échapper à un ours, cette runneuse court des heures et passe la nuit dans un arbre

Pour échapper à un ours, cette runneuse court des heures et passe la nuit dans un arbre

Quand un ours à décider de la pourchasser sur son parcours de running habituel, cette runneuse a fait tout ce qu’elle pouvait pour survivre. 

Une rencontre inattendue 

L’histoire se passe dans l'État de New-York aux Etats-Unis, dans la ville d’Old Forge, à proximité de la frontière avec le Canada. 

Rachel Smith, une jeune runneuse de 19 ans part pour son run le long d’un sentier de trail qu’elle connaît bien. Habituellement une coureuse matinale, Rachel part cette fois courir en fin d’après-midi. En raison du brouillard, et de peur que les voitures ne la voient pas, elle décide de bifurquer de la route principale vers un sentier de motoneige. 

Rachel n’a pas amené son téléphone, et il n’y a pas de réseau sur les chemins des environs.

Juste avant de faire demi-tour sur le chemin pour revenir vers chez elle, Rachel voit 2 petits oursons au milieu du chemin. "J'ai pensé, d'accord, c'est bien, je vais faire demi-tour plus tôt. Ce n'est pas grave" a déclaré Rachel à Runner's World . "Et puis, je me suis retournée et j’ai vu que la maman ours était dans mon dos et qu’elle chargeait déjà vers moi". Rachel se retrouve donc piégée entre la maman ours et ses oursons.

"Je ne pouvais pas courir car les petits étaient là devant. Et je ne pouvais pas reculer non plus puisque la maman était derrière, alors je suis allé à gauche dans les bois."

Une course pour sa vie 

Rachel entame alors une longue course pour échapper à l’animal, tout en criant et en essayant de se faire la plus grande possible (ce qui est recommandé pour faire fuir les ours). Elle court pendant plus d’une heure, se frayant un chemin à travers les sous-bois, les tourbières, les marais et les ruisseaux. 

Chaque fois qu'elle se retourne ou ralentit, elle entend l'ours se débattre derrière elle. Rachel continue donc de courir jusqu’à la nuit. "Il faisait noir et l'ours voit mieux que moi dans le noir, et tout ce que je pensais, c'est que je devais continuer d’avancer", a déclaré la runneuse. 

Elle passe la nuit dans un arbre frigorifiée 

Elle finit par trouver un arbre dans lequel elle se réfugie. Elle choisit un arbre en forme de V assez fin pour l’ours ne puisse pas monter de par sa taille et son poids. "Je ne pouvais pas grimper sur n'importe quel arbre parce que les ours peuvent grimper”, a déclaré Rachel. "Mais en utilisant ces arbres plus petits, je pensais que l'ours ne pouvait pas m'atteindre parce qu'elle est trop grande pour monter". 

Pour essayer de faire fuir l’animal, Rachel décide de lui jeter ses chaussures, puis ses chaussettes et son soutien-gorge de sport. La runneuse se retrouve donc juste avec sa veste et son short de courses, mouillés et froids à cause de la pluie. 

La montre Garmin de la jeune femme, sa seule source de lumière, tombe en rade de batterie à 21h47, la laissant dans l'obscurité totale.

Rachel ne sait pas combien de temps l'ours a fait le tour de l'arbre en essayant de grimper. Tout ce qu'elle pouvait voir, c'était les yeux de l'animal qui la regardaient. 

A cause de la forme de l’arbre, la jeune femme ne pouvait pas s'asseoir. Elle alterne donc entre se tenir debout sur une jambe et s'accroupir, serrant fermement le tronc pendant des heures jusqu'au lever du soleil.

Elle raconte son calvaire : 

"Je ne pouvais pas pleurer, car j'avais besoin d'eau. Pour me garder au chaud, j’ai du me faire pipi dessus, et Dieu merci, j'avais mangé avant de partir. J'ai commencé à penser aux choses normales auxquelles vous pensez quand vous croyez que vous allez mourir. Qu'est-ce que j'ai dit à ma mère et à ma sœur ? Je leur ai dit où j'allais et quand je serais de retour. Je savais qu'ils me cherchaient. Mais il n'y avait pas de civilisation pour Dieu sait combien de kilomètres."

Finalement, lorsque le soleil se lève, Rachel ne voit aucun signe de l’ours. Elle saute alors de son perchoir, récupère ses affaires et court dans le sens où elle était venue.

Elle finit par retrouver des balises de sentier équestre, puis par retrouver la route principale où elle courait. “J'avais l'impression de sprinter, mais je ne devais probablement pas bouger si vite que ça”, a déclaré Smith en riant.

A quelques kilomètres de chez elle, elle tombe sur la voiture d’une amie, qui l’informe que toute la ville est entrain de la chercher. Elle est finalement conduite à l'hôpital, où elle passe la nuit en observation.

La runneuse estime qu'elle a été poursuivie sur environ 8 à 10 km et qu’elle a parcouru une vingtaine de kilomètres pour rentrer chez elle.

Traumatisée par l’expérience, Rachel souffre d’un syndrôme de stress post-traumatique  : “Je me réveille en hurlant. Je ne peux pas être seule”  a déclaré la jeune femme. Heureusement pour elle, Rachel pouvait compter sur ses compétence en running ! Comme quoi, savoir courir et être endurant peut vous sauver la vie ! 

Source : https://www.runnersworld.com/news/a33850667/rachel-smith-spends-night-in-tree-to-escape-bear/?utm_medium=social-media&utm_campaign=socialflowFBRW&utm_source=facebook&fbclid=IwAR07fzsr6D2h5SylLgasNQbJs99YP_szETpJh0S1xEQhggtMXUwfeQJbcIA

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Run & Smile

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

10 commentaires

Questions & Réponses Run & Smile

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       

S'inscrire à la newsletter

OK
Abonnez-vous !
Actus, conseils, entraînements, histoires de runners…
Chaque mois, nous vous envoyons le meilleur du running directement dans votre boîte mail !
Vous pouvez changer d'avis à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription qui figure dans l'email que vous recevrez ou en nous contactant directement sur le site
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok