Championnes renommées, elles sont aussi soignantes contre le covid-19

Championnes renommées, elles sont aussi soignantes contre le covid-19

Vous les connaissez en tant qu’athlètes de trail ou de running. Mais ces femmes sont aussi médecins, ou encore internes en gynécologie. 

Aujourd’hui en première ligne dans la lutte contre le Covid-19, elles nous racontent leurs visions et leurs quotidiens. 

Athlètes et soignantes : un engagement quotidien

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les soignantes et soignants sont mobilisés jours et nuits pour accueillir, soigner et accompagner des dizaines de milliers de patients.

La traileuse Blandine L’hirondel, championne du monde de trail en 2019 et la runneuse Mélanie Doutart championne de France du 10 km en 2017 sont en contact à des degrés divers avec des patients atteints du virus. 

Blandine est interne en gynécologie, tandis que Mélanie est médecin généraliste.

Toutes deux ont revêtu leurs blouses blanches et jouent, aux côtés de leurs collègues, un rôle majeur dans la lutte contre la pandémie.

 

Retour sur le quotidien de ces runneuses à double facette

Mélanie Doutart : Championne de France du 10 km en 2017, et médecin généraliste dans l’Oise

« Je ne voulais pas attendre que ce soit la catastrophe »

Championne de France du 10 km en 2017, Mélanie a son propre cabinet de médecine générale et du sport depuis avril 2020 : “J’ai bien choisi ma période !” ironise la coureuse. 

Elle exerce dans un petit village de 5 000 habitants dans l’Oise, au plus près de l'un des plus gros foyers de contamination en France, à 44 km pour être plus exact. 

“Dans le coin où j’exerce, beaucoup de médecins sont âgés et ont arrêté de recevoir en consultation. De mon côté, je vois tous les jours entre 5 et 10 personnes présentant des symptômes pouvant s’apparenter au virus.” 

Lorsqu’elle a appris que l’épidémie prenait de l’ampleur, Mélanie n’a pas reculé. Elle souhaitait être en première ligne pour aider ceux dans le besoin. Pour cela elle a rejoint l’hôpital de Paris Beauvais, afin de prendre des tours de garde et d’aider ses confrères. 

“Je ne voulais pas attendre que ce soit la catastrophe pour donner un coup de main. J’ai intégré l’hôpital de Beauvais, où j’effectue des gardes de nuit les week-ends au sein du service d’hospitalisation de Covid-19”. 

Mélanie participe donc à l’hospitalisation et aux traitements pour les patients atteints du virus, et notamment aux mises sous oxygénation. 

Un quotidien très prenant et stressant qui ne s’arrête jamais. Mais la runneuse ne baisse pas les bras. 

“Depuis le début du confinement, j’ai l’impression d’avoir pris le départ d’une compétition et d’être dans une course contre la montre. J’ai ressenti pas mal d’angoisse au début.”

Et le running dans tout ça ? Mélanie l’a logiquement relayé en 2ème plan, elle ne court d’ailleurs plus depuis plusieurs semaines. Cela pour montrer l’exemple, mais aussi car, face aux risques, le coeur n’y est plus. 

“ Le plaisir n’est pas là. Dès le début de la pandémie, je ne me suis pas sentie à l’aise par rapport à la pratique de la course à pied. En tant qu’athlète, on a une image, on représente quelque chose. J’ai donc décidé que je n’irai pas courir.” 

Selon elle, beaucoup de runners qui continuent de courir ne se rendent pas compte des risques qu’ils prennent et qu’ils font prendre aux autres en se baladant, en croisant d’autres personnes et en touchant du mobilier urbain… Il faut donc être très vigilant. 

Mélanie privilégie donc les séances de home trainer et de renforcement, mais pas tous les jours, afin d’éviter de trop se fatiguer. 

 

Blandine L’hirondel : Championne du monde de trail en 2019, interne en gynécologie à l’hôpital de Saint-Benoît à la Réunion

« On apprend sur le tas, au jour le jour »

Blandine est interne à La Réunion. Avec un mois de décalage sur la métropole, l’île n’est pas encore trop fortement touchée.

La traileuse nous partage ses impressions sur la situation. 

“Tous les services sont réorganisés pour se préparer à accueillir la vague de personnes touchées par le Covid, plusieurs collègues ont été mis en quatorzaine… Nous sommes donc en sous-effectif”

Elle regrette le manque de moyens, de plus en plus préoccupant : “Quand je monte au bloc pour opérer, je dois auparavant passer dans un bureau spécial pour récupérer un masque. C’est devenu une denrée rare, qui est enfermée à clef dans une armoire.”

Pour le moment, beaucoup de suspicions mais peu de patients infectés à déclarer. “On essaie de prévoir ce que l’on fera quand ça arrivera, mais la complexité de ce virus, c’est qu’on en sait très peu de choses.” 

Blandine ne se sent pas héros du quotidien, son métier ne lui imposant pas d’être en première ligne directe, au même titre que les médecins généralistes ou ceux qui travaillent en réanimation. 

“Je me vois comme une petite main, derrière le front, à aider la vie de la nation. J’ai des amis qui bossent en réanimation, ils sont bien plus exposés.”

Quant au trail, Blandine l’a laissé de côté pour le moment, son travail étant très prenant et la plupart des courses annulées. Elle se contente d’exercices à la maison, et reprendra l’entraînement quand cela sera possible. 

 

Deux athlètes exemplaires 

Bravo à ceux deux athlètes exemplaires pour leur exemple et leur travail quotidien. On ne peut qu’être admiratifs ! 

Etre sportif, c’est aussi cela : représenter les valeurs d’entraide, de solidarité, de persévérance … 

 

Source : https://www.athle.fr/asp.net/main.news/news.aspx?newsid=16853 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Solidaire

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

10 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok