Un trafic international d'EPO démantelé en Espagne

Un trafic international d'EPO démantelé en Espagne

La semaine dernière, la Guardia Civil espagnole a démantelé un large réseau de trafic d'EPO qui sévissait depuis 10 ans en Europe. 

Un vaste réseau européen

Selon les autorités espagnoles, l'un des plus grands réseaux européens de trafic de produits dopants et d'EPO a été démantelé en Espagne grâce à l'opération "hypoxianet". 

Au cours des 10 dernières années, des produits dopants et du matériel de dopage ont été détournés du service de santé publique andalou de Cadix puis revendus sur le net, via des sites internet hébergés sur des serveurs en Irlande ou au Jersey.

Les seringues pré-remplies (vendues près de 250 euros l'unité) étaient ensuite envoyées par colis à des sportifs professionnels et amateurs en Espagne et en Europe. 

Selon El Pais, c'est le responsable de la clinique de dialyse de Cadix (Andalousie) qui obtenait directement les produits dopants. Il aurait falsifié et multiplié les prescriptions auprès du fournisseur officiel d'EPO.

Le réseau était ensuite exploité par des ressortissants serbes, dont l'un était logé à Barcelone. 

Pour commercialiser la substance, «certains sites internet s'adressaient à des clients potentiels en Allemagne, Italie ou France » mais « des traductions étaient également disponibles dans presque toutes les langues de l'Union européenne ».

Au total, 6 personnes ont été arrêtées. Les autorités auraient perquisitionné 70 000 euros en espèces et bloqué près de 800 000 euros sur divers comptes courants situés en Autriche, à Chypre et en Slovaquie. 

Les calculs des organismes d'inspection de santé publique ont recensé pas moins de 5 103 conteneurs d'EPO détournés seulement entre janvier 2016 et juin 2019. 

Le groupe de trafiquants aurait aussi commercialisé des stéroïdes anabolisants. 

 

 Crédits photo : Efe / lasexta.com 

 

Des cyclistes, athlètes de fond et traileurs impliqués 

Les informations obtenues par les autorités sont actuellement en cours d'examen afin d'établir une liste de consommateurs. 

Les enquêteurs ont réussi à outrepasser les services de messagerie cryptés (comme Whatsapp) et auraient ainsi récupéré plusieurs courriers électroniques, des paiements en ligne, et même des preuves de réception des commandes. Ces éléments auraient permis d'identifier plusieurs athlètes. 

Il y aurait parmi eux un grand nombre de sportif espagnols mais également des sportif internationaux issus de disciplines et de niveaux différents. 

« Ce sont des amateurs et des sportifs professionnels mais nous n'allons pas donner les noms  ... Nous traiterons avec des athlètes espagnols, le reste sera envoyé à l'Agence mondiale pour distribution par les agences nationales antidopage correspondantes " a déclaré un porte-parole de la Guardia Civil.  

 

Un EPO de mauvaise qualité ? 

Toujours selon les informations de la Guardia Civil, l'EPO fourni était de faible qualité et ne présentait aucune date d'expiration. 

Les vendeurs n'auraient pas respecté correctement la chaîne du froid lors de l'envoi des conteneurs contenant les produits dopants. Des centaines de seringues dans de mauvaises conditions de conservation ont aussi été retrouvées dans la clinique andalouse.

L'EPO ainsi vendu serait non seulement inefficace mais présenterait également des dangers pour la santé des athlètes concernés. 

 

Sources : https://elpais.com/deportes/2020/01/30/actualidad/1580372961_057554.html

https://www.lequipe.fr/Tous-sports/Actualites/Un-trafic-international-d-epo-demantele-en-espagne/1104326

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

9 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok