Le Tour du Monde en 650 Marathons - c'est parti !

Le Tour du Monde en 650 Marathons - c'est parti !

Tour du monde en 650 marathons : début de mon récit ! 

Fin novembre, Running Club relayait un article annonçant mon départ imminent pour un tour du monde en courant. J’ai beaucoup apprécié cet encouragement et les messages de soutien que j’ai reçu suite à cette publication. 

Le 6 décembre au petit matin, je me suis donc lancée du Cap Roca, au Portugal, pour aborder la première traversée de continent, l’Europe. J'écris cet article le 15 janvier, je viens de la petite ville de San Pedro del Pinatar, sur la côte méditerranéenne Espagnole. 

J’ai parcouru à ce jour près de 1 400 km, soit un rythme de 40 km par jour, 6 jours sur 7, comme prévu jusque là.

Mon but, sur les deux ans (ou plus) que durera ce tour du monde, est de courir une moyenne d’un marathon par jour. Mon kilométrage journalier augmentera donc doucement au fur et à mesure de ma progression, pour moyenner à 42 km. 

C’est un véritable plaisir de se lever chaque matin, de savoir la route devant soi, ouverte, libre et à la clef, une destination nouvelle, un peu d’inconnu. J’utilise principalement des petites routes, l'équivalent de petites départementales en France. Je n’ai pas eu à craindre pour ma sécurité à deux exceptions près. 

Mi-décembre au Portugal, je me levais dans un paysage de purée de petits pois. On ne voyait pas a 50 m devant. Je me lançais malgré tout, vêtue comme un arbre de Noël, tout en habits couverts de bandes reflectives. La route était très calme, et je ne me fiais qu'à mon oreille pour m’avertir de l’approche de véhicules.

C'était alors le signal pour plonger dans le bas côté, avec ma charrette, et attendre que le ou les véhicule(s) soient passés. Le brouillard a fini par se dissiper au bout de 22 km de course, et c'était un soulagement de voir à nouveau le ciel, et le soleil ! 

Mon approche sur Malaga fin décembre fut aussi un peu chahutée. J’ai dû d’abord emprunter, sur une vingtaine de kilomètres, la bordure de l'autoroute (du côté sécurisé de la glissière de sécurité).

Puis, cet espace s’étant réduit à rien, il m’a fallu parcourir un kilomètre sur le bord de l’autoroute lui-même, sans aucune forme de protection. La chance a voulu qu’une patrouille de la Guardia Civil passe a ce moment là pour me sommer de déguerpir à la prochaine sortie… je n’avais pas prévu d’y rester plus longtemps ! 

Les deux premières semaines, j’ai eu maille à partir avec le mauvais temps. Pluie, brouillard, froid. Mais depuis le 21 décembre, jour où je passais par Séville, je profite de 25 jours de soleil ininterrompus !

Je sais que ca ne durera pas, et de la pluie est d’ailleurs prévue pour la 3ème semaine de janvier, vers Valence. Ca ne me dérange pas plus que ca, j’ai de bons habits de pluie, et courir 40km par jour, ca réchauffe ! 

Point de vue équipement, la “charrette” ou “poussette” (dont le nom de marque est “BoB”) est le compagnon idéal. Les roues type vélo et les amortisseurs assurent une capacité au tout terrain que je mets à l'épreuve régulièrement, quand je passe par des trails ou sentiers, à travers la nature, qui sont un plaisir et une agréable variation du bitume quotidien.

J’ai eu une bonne dizaine de crevaisons dans les premières semaines, et un changement de pneus à Noël semble avoir résolu le problème. 

Quant à la trace GPS et la documentation de mon parcours, pour l’instant tout fonctionne à merveille.

Ma balise satellite relaie mes points de localisation “live” toutes les 5 mn sur un site auquel ma famille a accès - pour un suivi à la trace. Mes deux enregistreurs GPS (Garmin Edge) enregistrent chaque jour mon avancée, et sont téléchargées sur mes comptes Garmin et Strava le soir même.

Je poste aussi sur mon site internet, chaque jour, un billet de blog (en anglais). Et je mets un mot sur mon Facebook de façon hebdomadaire. 

Ce voyage est le rêve d’une vie, et le défi physique qui l’accompagne est l'épice qui relève le plat de manière délicieuse. Mon corps supporte très bien la charge, jusqu'à présent, et je n’ai à me plaindre d’aucune douleur, raideur, blessure ou autre.

Même pas une cloque ou un ongle de pied abîmé ! J’ai conscience de n’en être qu’au tout début, et je profite de cette forme physique et du désir intact qui m’animent au quotidien. Que ça dure le plus longtemps possible ! 

Je passerai sur la côte Méditerranéenne Française du 9 février (Banyuls) jusqu’au 28 février (Nice) en passant par toutes les villes de la côte dont Narbonne et Marseille.

Si vous êtes dans le coin et souhaitez faire quelques kilomètres en ma compagnie, partager un repas, vous êtes les bienvenus ! A velo, à pied, en rollers, comme bon vous semble wink

Vous pouvez me contacter sur mon site (rubrique “contact”) ou via ma page Facebook (“Lootie's Run Around The World”). 

 

Merci a vous tous, une bonne année à tous les lecteurs, et bonne course a tous !
Sportivement smiley

Marie “Lootie” Leautey

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

17 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok