Courir réduit les risques de mortalité

Courir réduit les risques de mortalité

Et si courir prolongeait notre espérance de vie ?

Une nouvelle étude scientifique a étudié les liens entre la course à pied et risques de mortalité (toutes causes confondues). Résultat ? Courir, même en pratiquant à faible dose réduirait les risques de décès prématurés. Cela tombe bien pour les 13,5 millions de runners français.

Des bénéfices clairement identifiés pour l’espérance de vie  

Les bénéfices de la course à pied sont nombreux pour l’organisme, notamment en ce qui concerne la santé cardiovasculaire. Des recherches ont déjà montré que le running réduisait les risques d’obésité, d’hypertension, de cholestérol, de diabète, de maladies cardiaques …

Plusieurs fois on a donc entendu que la course à pied permettait d’améliorer, indirectement, son espérance de vie. Cette fois c’est confirmé !

Une étude britannique publiée dans la revue « British Journal of Sports Medicine » s’est penchée plus en détails sur le sujet.

L’objectif était de déterminer si courir, régulièrement ou non, pouvait directement réduire les risques de mortalité prématurée… Selon Jacqueline Jan, médecin du sport à Rennes, cette mort « précoce » se définit quand « on n’atteint pas l’âge moyen, à cause de différents facteurs comme les risques cardiovasculaires, les cancers ».

27% de risques de mortalité en moins

Pour cette étude, les chercheurs se sont appuyés sur 14 précédentes recherches prenant en compte plus 230 000 personnes, (dont 10% de coureurs), suivis sur des périodes de 5 à 35 ans. Durant cette période 25 951 sujets sont décédés.

En analysant les données récoltées, les chercheurs ont remarqué que les coureurs avaient 27 % moins de risques de mourir prématurément que des non-coureurs. Un chiffre encore plus élevé pour les femmes, pour qui la pratique du running permettrait de réduire les risques de décès de 34%.

De plus, ils se sont aperçus que les coureurs avaient 30 % moins de risques de mourir d’une maladie cardiaque et 23 % moins de risques d’un cancer.

Seulement 50 minutes de pratique par semaine

D’après l’un des chercheurs, Zeljko Pedisic, professeur à l’Institut pour la Santé et le Sport de la Victoria University (Melbourne, Australie)« n’importe quelle course, même une fois par semaine, vaut mieux que ne pas courir ».

Seulement cinquante minutes par semaine seraient donc suffisantes pour ressentir les effets. « Une bonne nouvelle pour les personnes qui ne disposent pas de beaucoup temps », selon Pedizic.

La vitesse et le nombre de kilomètres importent peu

Les chercheurs ont aussi cherché à savoir si les avantages étaient augmentés si l’on courait plus vite.

Et bien au risque d’en décevoir certains, qu’on court à 8 km/h ou 13km/h ou plus … les bénéfices restent similaires. De plus, selon les chercheurs, le nombre de kilomètres n’aurait pas non plus beaucoup d’incidence.

Mais Zeljko Pedisic prévient : « Il ne faudrait pas non plus décourager ceux qui aiment courir plus longtemps et plus souvent. »

Toutefois, en cas d’activité intense, des risques cardiovasculaires existent en cas d’anomalie présente mais non détectée. Pour cela pensez à la prévention, et à aller chez le médecin faire des tests, particulièrement après 40 ans.

 

Sources : https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/69570/reader/reader.html#!preferred/1/package/69570/pub/99042/page/13

https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2019/nov/04/any-amount-of-running-reduces-risk-of-early-death-study-finds

https://www.lci.fr/bien-etre/meme-pratiquee-rarement-la-course-a-pied-est-bonne-pour-la-sante-2136964.html

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Santé

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

9 commentaires

Questions & Réponses Santé

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité
    
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok