Le Trail de Rimplas (A.M.)

Le Trail de Rimplas (A.M.)

Trail de Rimplas (A.M.), samedi 25 mai 2019

C’est ma première course nature après le marathon d’Annecy en avril ; depuis ma préparation a été axée uniquement sur le trail. Cette épreuve se déroule autour du village de Rimplas dans les montagnes des Alpes-Maritimes. C’est un petit village perché entre les vallées de la Tinée et de la Vésubie.

Voici de quoi vous aider à repérer ce village, méconnu même de certains habitants de la côte.

Malgré les prévisions météo pessimistes, le temps est couvert mais semble se dégager lorsque j’arrive sur place vers 7h30 samedi matin.

La vallée vue du village

Deux épreuves sont au programme : 13 et 20 km. C’est un trail de village comme je les aime avec une organisation locale sympa, peu de monde et très détendu.

Le parcours, par contre, fait un peu peur : 20 km mais un dénivelé de 1600 mètres et un passage au Mont Giraud à 2500 mètres d’altitude avec de la neige encore présente après être partie du village à 1000m d’altitude.

 

Ce n'est pas un casque à pointe vu de côté, c'est bien le profil du parcours !                                               

Après avoir pris mon dossard avec lequel on donne à chaque participant une grande bouteille de bière locale (la bière du comté, brassée à St Martin Vésubie), je me mets en tenue et je vais courir tranquillement dans les rues du village et sur les premiers hectomètres du parcours.

Je me place sous l’arche proche de la première ligne pour être bien placé. Après un bref discours de la jeune maire du village et le briefing de l’organisateur, c’est parti !

D’entrée le ton est donné avec une montée hyper raide dans les ruelles et avec de larges escaliers. Je suis dans le groupe de tête mais après quelques centaines de mètres, je sens que le cœur est dans le rouge, les jambes brûlent, c’est intenable. Heureusement, le sentier part à flanc de montagne et permet à mon corps de récupérer et de suivre le rythme infernal.

Le tee-shirt rouge Running Club vous aidera à me reconnaitre !

Mais le premier kilomètre n’est pas fini que déjà la pente s’incline et il faut marcher et pousser avec les bâtons. A ce moment de la course je suis certain que je ne pourrais pas survivre à ce rythme et que je vais exploser en vol un peu plus haut…

Mais le parcours alterne des parties très dures et des parties roulantes très agréables dans la forêt. Je continue à m’accrocher dans un petit groupe nous sommes dans les 15 ou 20 premiers.

Après 3,5 km de course, l’altitude affiche déjà presque 1400 m, mais le sentier devient quasiment plat pour un bon kilomètre, ça fait du bien !

On alterne ensuite, toujours sur le même principe une grosse montée et un replat jusqu’à arriver à 6,5km. Là, le parcours sort des sentiers battus et passe par un petit vallon droit dans la montée sur environ 1500m avec des pourcentages de pente allant jusqu’à 45%. Mes bâtons et mes entrainements me sont des plus utiles et je progresse de mieux en mieux en doublant quelques coureurs. Mon corps s’est habitué et je me sens relativement bien même dans ces grandes pentes.

Ensuite, c’est l’arrivée aux alentours des 2000m d’altitude, sur les alpages herbeux vallonnés et moins pentus jusqu’au dixième kilomètre. Je sens que quelques coureurs marquent le pas à cause de l’altitude, je me sens toujours bien et j’en profite pour garder mon rythme.

A 10,5km, un bénévole m’indique la direction, vers le mont Giraud, droit vers le sommet, sans aucun sentier, dans l’herbe d’altitude, en direction des plaques de neige encore présentes. Il y a alors plus d’un kilomètre jusqu’en haut avec un pourcentage de pentes oscillant entre 30 et 45%. Je vois les coureurs devant moi échelonnés sur la montée, à part les 3 premiers déjà hors d’atteinte. Je prends un rythme de croisière en marchant régulièrement et en m’aidant de mes bâtons.

Le soleil fait des apparitions et je commence à avoir vraiment très chaudJe double encore un coureur, ce qui me positionne à la 14ème place de la course. Arrivé au replat sous le sommet, point culminant de ce parcours, il y a encore de grandes plaques de neige et un bénévole m’indique la direction pour redescendre. Comme pour monter, il faut tailler tout droit dans la pente herbeuse, parsemée de rochers. J’ai encore de l’énergie et je me concentre pour réaliser une bonne descente. Il y a environ 1500 mètres de descente extrêmement raide avant de retrouver des sentiers, certes pentus, mais plus compatibles avec de la course.

Dans la forêt, le sentier devient technique encore avec des passages rocheux, des cailloux, des pommes de pins au sol… Un concurrent me double à ce moment-là, j’essaye de m’accrocher mais je suis au-delà de mes compétences et j’ai peur de prendre trop de risques.

La descente infernale se poursuit encore pour revenir vers le village de départ. Un jeune concurrent me double encore, je donne mon maximum pour tenir jusqu’en bas le plus rapidement possible. Ce dernier a d'ailleurs chuté après m'avoir doublé, il est reparti sans trop de dégats heureusement. Je vous assure que je n'ai pas laissé trainer mes bâtons, il est tombé tout seul lorsqu'il était loin de moi !

Enfin j’arrive sur de la route goudronnée, c’est le dernier kilomètre et j’entre dans les ruelles du village, encore quelques marches, puis une dernière pente et le speaker annonce mon nom lorsque je passe sous l’arche.

J’arrête mon chrono : 2 heures 55 minutes. Je suis extrêmement satisfait je rêvais de boucler ce parcours en moins de 3 h, c’est chose faite. En attendant les résultats, je passe un moment au ravitaillement en discutant avec des trailers sympas. Puis après m’être changé, je reviens pour la pasta party offerte par l’organisation, je partage une table avec d’autres coureurs et bien entendu, nous parlons de course à pied et de trails en particulier !

Les résultats sont ensuite affichés, je me classe 16ème au général et 2ème de ma catégorie master 2. Le premier masculin a bouclé l’épreuve avec un chrono impressionnant de 2 heures 14 minutes laissant les suivants à plus de 7 minutes. La première féminine l’emporte en 3 heures 2 minutes. Je suis à peine à 3 minutes du vainqueur de ma catégorie… Mais je n’ai absolument aucun regret, j’ai fait la meilleure course possible.

Le résultat chronométrique et le classement me permettent de remplir tous les objectifs les plus optimistes que je m‘étais fixé pour aujourd’hui et surtout j’ai pris énormément de plaisir à faire cette épreuve.

J’assiste donc à la remise des prix et je monte à mon tour sur le podium. Je gagne un pot de miel et un mug du trail de Rimplas en métal, plus d’autres petites babioles. Je ne sens même plus la fatigue tellement je suis content de cette matinée.

C’est un trail magnifique à faire car les paysages sont somptueux mais très difficiles. C’est vraiment ce que l’on peut appeler une course en montagne, j’adore !

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

11 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok