Marathon de Chambéry, la renaissance

Marathon de Chambéry, la renaissance

Après avoir organisé un 100 km, il y a déjà 2 ans...

Cette jeune organisation a décidé de redonner vie au Marathon de Chambéry qui avait hélas disparu pendant plusieurs années.

Pas trop loin de chez moi, et comme j'avais apprécié le sérieux de l'organisation lors de la 1ère édition du 100 km.

C'est avec plaisir que je me laisse tenter, en plus, je suis en retard sur mon entraînement, à un point tel que je commence à stresser sur mon éventuel participation à mon Ultra dans 1 mois.

Après une nuit orageuse, où des trombes d'eau sont tombées jusqu'à 5h du matin... Mais comme mon géniteur disait "Ce qui est tombé ne tombera plus"

Un petit déjeuner, puis direction la place du château pour retirer mon dossard.

Finalement, nous devrions avoir de la chance, le soleil semble au rendez-vous en ce dimanche matin.

Dossard récupéré, nous devrions être à peine 300 au départ de ce Marathon qui se veut familial, pas de meneur d'allure, donc chancun court avec ses sensations, c'est idéal pour moi qui suis venu faire une petite séance de 5h.

Les 400 derniers mètres avant que l'arche de départ et d'arrivée ne soient montées.

Je retourne tranquillement à ma voiture, il me reste encore 1h30 à patienter, je commence à préparer mes petites affaires puis à 45' du départ, je repars à la recherche d'un café.

A 600m du départ, une boulangerie qui fait aussi salon de thé, une aubaine... C'est le seul café d'ouvert en ce dimanche matin... Et je suis loin d'être le seul coureur à apprécier ce lieu pour patienter.

A J-10 mn du départ, pas de stress et aucune bousculade.

Le départ est donné à 9h tapante, par hasard, je trouve deux jurassiens dans ce petit peloton et je commence à discuter avec eux.

Le 1er km est passé sans s'en rendre vraiment compte, mais je trouve que l'allure est assez rapide, mais comme j'ai prévu d'écouter mes sensations sans me préocupper du chrono.

On arpente dans ces premiers kms les rues piétonnes du centre ville avant de rejoindre une voie verte boisée, serpentant avec des petits ponts pour franchir l'Albanne.

Une vague ressemblance avec le Maraisthon !

Après ce petit passage bucolique, on se retrouve dans la zone industrielle de la Motte Servelex avant de revenir sur Chambéry, pour prendre la piste cylclable jusqu'à Servelex.

Le semi est passé, je me sens bien, mais pas de raison de s'emballer, on nous a annoncé une côte vers le 25ème km.

Finalement, j'arrive à bien gérer cette côte. Vers le 26ème km, je me fais rejoindre par deux femmes dont la première envisage de faire l'Ultra Tour du Léman en septembre et la seconde devrait être au départ l'Ultra des 2 Ballons en relais en juillet.

Et à force de discussion, on se rend compte que nous avons plusieurs amis en commun (ce qui des plus relativement courant quand on touche au monde de l'Ultra Run supérieur à 200 km).

Un petit clin d'oeil pour Jérome, un ami Ultra baroudeur que nous avons en commun. Je les laisserais finalement partir après le ravitaillement sur la plage du Lac du Bourget.

Je repars sur une allure un peu plus confortable pour moi, aucune crampe, mais je sens de la lassitude sur ces 15 derniers kms, et même si les jambes tiennent le choc, ce sont mes lombaires et le nerf sciatique qui ont décidé de venir me pourrir. J'ai de plus en plus de mal à continuer de courir, j'alterne alors marche rapide et course, puis marche tout simplement. Fait chier de finir ma sortie sans réel plaisir, même si j'arrive encore à plaisanter avec les bénévoles qui sont des plus sympatiques.

Finalement, je vois enfin la ligne d'arrivée au loin, j'ignore totalement mon chrono au moment où je la franchis. Je suis alors accosté par une amie ardéchoise, tout surpris de la voir ici, agréable surprise et me connaissant bien, elle m'offre une bière des plus rafraichissante.

Finalement, je boucle mon 6ème Marathon de l'année en 4h48'51"...174ème sur 194. Encore un peu trop rapide pour l'échéance à venir.

Point fort : l'organisation est au top, les bénévoles sont au top, les ravitaillements sont des plus corrects avec eau, coca, eau gazeuse, banane, pomme, cacahuètes et tuc à partir du 25ème km.

Point négatif : les 15 derniers km sont longs et monotones, et il manque quelques bénévoles à certains carrefours, vigilance en traversant les routes.

Bilan : Je suis loin d'être au mieux de ma forme, toujours une gêne d'un côté ou d'aun autre après 3h15 d'effort, je vais devoir trouver la solution dans les 3 semaines à venir.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

16 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok