Ultra Tour de la Route des Grands Vins : une 1ère édition compliquée

Ultra Tour de la Route des Grands Vins : une 1ère édition compliquée

Après quelques semaines à parcourir les routes, il est temps d'aller retrouver les sentiers !

Alors quand un nouvel Ultra de 100 km - 4500 m D+ se court à 2h30 de chez moi, impossible de ne pas répondre à l'appel de la nature.

Par chance, je trouva un airbnb à 700 mètres du départ.

Après une semaine compliquée, certainement pris froid après le Marathon de Paris... Les tripes sont encore un peu instables en ce dimanche matin, mais l'envie est là.

4h du matin, il fait déjà bon, nous sommes en short et tee-shirt.

Ce Trail se veut convivial et familial, nous sommes tout juste à pein plus d'une centaine à nous élancer pour cette première course de la journée...

Au programme, il y en a pour tout le monde : 100, 42, 25 et 12 km

Ignorant le niveau des coureurs présents, je pars comme à mon habitute tranquillement, cela fait une semaine que je n'ai pas rechaussé les runnings, donc on va courir aux sensations et se prendre un maximum de plaisir, du moins je l'espère.

Après 2 km de route pour quitter le village, on se retrouve sur des chemins assez larges, ce qui me permet de doubler sans difficulté dans les côtes.

Je ne m'affole pas pour autant, la route est encore longue...

Le jour commence à se lever sur la vallée du Rhône et si entre le 20ème et 40ème km, j'ai trouvé le temps assez long puisque esseulé dans des chemins de vignes tortueux, car dans ces cultures en terrase, pas facile de pouvoir descendre tout droit, donc on slalome...

Cela permet de soulager par la même occasion les quadris qui commencent à me faire comprendre qu'ils attendent les prochaines côtes avec impatience.

Dommage, le ciel est trop chargé au belvédère de Saint Romain de Lerps pour distinguer clairement le massif alpin.

Je viens de retrouver un petit groupe que j'essaye de motiver pour qu'il ne lâche rien.

 

Nous nous rapprochons désormais du 40ème km, et déjà 2600m D+ d'effectuer, le plus dur est derrière nous à l'approche du Château de Crussol (bien connu pour ces survols en drones lors du Tour de France ou des Boucles de l'Arèche).

Peu avant l'arrivée au ravitaillement de Crussol, un bénévole nous encourage avec sa corne de brume.

En déconnant, je lui lance, une bière bien fraîche ne serait pas de refus...Demande à ma fille au ravitaillement me lance t-il. Ce ne sera pas tombé dans l'oreille d'un sourd !

Petite pause fraîcheur avant l'ascension du Château de Crussol...

Mes deux compagnons de galère commencent à être au bout du bout, tant physiquement que mentalement. Pour leur 1er essaie sur 100 km, je sens nettement que le plus jeune des deux a encore quelques ressources.

N'ayant pas pris soin de regarder le parcours, ni ou se trouvait les ravitaillements, j'avance désormais au mental, on se rapproche des 9h de courses, et je sens une fatigue générale et une lassitude s'installer. Je me concentre et me focalise sur un point, atteindre le prochain ravitaillement, et on avisera ensuite.

 

50ème km en 8h35, plus qu'à rentrer, d'après le profil imprimé sur le dossard, encore une bonne côte de 12 km pour rejoindre le prochain ravitaillement solide et liquide.

L'un de mes deux compagnons s'est arrêté au 50ème, et je repars alors avec le plus jeune, qui me prend quelques longueurs d'avance dès les 1ers mètres.

Nous n'avons pas le même cardio, je mets mon régulateur de vitesse en marche, et progresse à mon rythme. Prudent dans les descentes, car le terrain limite trop sec, manque d'accroche.

On remonte désormais sur le plateau, et au hasard d'un chemin, voilà que je me retrouve au sol. La tête heurtant un cailloux, je n'explique pas vraiment, sans doute qu'avec la fatigue, le manque de lucidité... J'ai dû me prendre les bâtons entre les jambes.

 

Arrêt de la sortie touristique pour moi au 60 ème km.

Direction les urgences de Valence pour quelques points du suture.

Point positif : Surper organisation, parcours varié et très bien balisé, des bénévoles au top, ravitaillement corrects.

Point négatif : Manque de café, thé, jambon sur les ravitaillements.

J'y reviendrais avec grand plaisir et vous invite à le découvrir.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

13 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok