Marathon international du lac d’Annecy - dimanche 14 avril 2019

Marathon international du lac d’Annecy - dimanche 14 avril 2019

Marathon international du lac d’Annecy - dimanche 14 avril 2019

J’arrive sur place le vendredi après-midi, une petite location à côté d’Annecy, avec vue sur le lac et les montagnes, rien de mieux pour se mettre dans l’ambiance.

Le samedi, je vais en vélo au village marathon pour prendre mon dossard. Rien de particulier à dire, avec les stands habituels d’équipementiers et les publicités pour les autres marathons. Un point négatif à signaler pour les organisateurs : on nous signale qu’il n’y aura pas de tee-shirt finisher après la course car ils ont été commandés en Chine et ils ne sont pas encore arrivés ! L’an dernier, ils avaient fait le même coup avec les médailles. Il va falloir changer de fournisseur ou mieux planifier vos achats les amis !

Pour un marathon, il faut voir grand !

Cela n’entame pas ma bonne humeur, d’abord parce que j’ai plein de tee-shirt dans mon armoire, alors un de plus ou un de moins… Ensuite parce que depuis 15 jours la météo annonçait un temps épouvantable pour dimanche mais ce week-end, il fait très beau, très froid mais très beau !

Après une petite promenade autour du lac, je vais me reposer pour le lendemain.

Dimanche matin, la température extérieure est entre -1 et 0 degrés mais le temps est dégagé, idéal pour une belle performance ! Je me rends à pieds au départ en longeant le lac. Ce sera mon échauffement, environ 4 km, en marchant.

Après avoir déposé mon sac à la consigne, je vais dans la grande avenue longeant le lac où sera donné le départ. Il y a environ 3000 coureurs donc ce n’est pas la foule, c’est détendu, il y a de la place pour courir et attendre tranquillement. Je conserve une vieille polaire le plus longtemps possible. Je ne l'enlève que quelques minutes avant l'heure et point positif pour l'organisation, il y a des bacs pour récupérer les affaires.

Vous remarquerez que je porte les couleurs du site !

8h30 : le départ est donné. Je pars plutôt vite, je suis à 4mn45 sur le premier kilo. Je calme un peu et trouve mon rythme en empruntant la piste cyclable qui suit le lac. Le paysage est vraiment très beau avec le lac et les montagnes, sans voiture à proximité et avec beaucoup de spectateurs qui encouragent. Je trouve un petit groupe qui semble courir à la même allure et nous restons plus ou moins ensemble spontanément.

Je passe au 5ieme kilomètre avec le chrono prévu : 24mn. Je me sens super bien.

10ieme kilomètre : 49mn. Je gère, tout va bien, le groupe du meneur d’allure 3h30 est juste derrière moi mais je préfère rester devant eux pour ne pas être gêné et je n’aime pas courir dans un groupe compact.

Le parcours s’écarte du lac et passe dans la campagne, c’est très bucolique, j’adore. Le soleil nous réchauffe un peu, tout va pour le mieux.

Je prends même le temps de faire une photo !

Au 15ieme kilo, en 1h13mn, c’est ce qui était prévu. Le passage par le village de Duingt, très joli, la piste passe sous un tunnel. C’est l’occasion pour beaucoup de crier, d’extérioriser leur joie de courir, leur souffrance… Ensuite c’est une longue montée régulière mais qui n’entame pas mon rythme.

Un autre point positif pour les organisateurs, juste après chaque ravito, il y a des dizaines de petits bacs pour récupérer les gobelets ou les gels. Par contre gros coup de gueule pour les coureurs qui balancent leurs gobelets à côté de poubelles sur le parcours, il y en a même un qui me l'a jetté sur les pieds !  Comme quoi, le running rend peut-être intelligent mais ça prend du temps pour certains ! J'étais dans un bon jour et je ne voulais pas perdre d'énergie inutile donc je n'ai même pas râlé !

Au kilomètre 18, je vois arriver les premiers concurrents, ils m’ont mis 6km dans la vue !

Au lieu-dit Le Bout du Lac, c’est le passage au semi dans une grande plaine avec de l’herbe bien verte, des fleurs et des montagnes enneigées en toile de fond, grandiose !

Je passe au semi en 1h44mn pile à ma montre alors que le chronomètre officiel annonce 1h46mn pourtant je n’ai pas pris 2 mn au départ pour passer la ligne.

Puis c’est la traversée du village de Doussard et le retour sur la même piste cyclable que l’on va refaire dans l’autre sens et croiser les coureurs qui arrivent encore. Ça c’est plutôt sympa, on s’encourage, ça fait passer le temps.

Passage au 25ieme kilomètre en 2h03mn, le tempo est toujours régulier entre 4mn50 et 5mn au kilo.

Le passage au 30ieme est un cap important et je suis toujours content de le franchir en 2 h 28mn. Je me dis qu’il reste 12 km, en 1h je devrais en venir à bout si tout va bien.

Je suis toujours avec le meneur d’allure 3h30. J’ai l’impression que le parcours ne fait que monter sur le retour. Ça commence à devenir plus dur au niveau des muscles des cuisses.

Au 34ieme km, mon allure baisse pour atteindre 5mn 25 au kilo, je suis désespéré.

J’essaye de relancer, je m’alimente et je bois, mais les cuisses sont de plus en plus dures. Je passe malgré tout au 35ieme avec le temps de passage prévu 2h55mn.

Mais je ne vais pas conserver ce tempo et mon allure moyenne sur la fin de course oscille entre 5mn 10 et 5mn30.

Enfin une petite descente et du plat jusqu’à l’arrivée. Les spectateurs sont présents, le décor est enchanteur mais je ne l’apprécie plus.

Malgré cette impression, je double de plus en plus de monde sur les derniers kilomètres et même dans le dernier kilo.

Ce sont enfin les jardins, la rivière et le grand pré d’arrivée au bord du lac. Les 100 derniers mètres et le tapis rouge, je donne tout ce qui me reste pour battre mon record personnel.

La ligne est franchie : 3 heures 36 mn 26 s. Record personnel.

Je n’ai pas réussi à m’approcher plus de la barrière des 3h30 mais ce résultat me satisfait malgré tout.

On me passe la médaille autour du cou, je ne la trouve pas belle, on dirait du vieux cuivre rouge, mais c’est la fatigue qui me rend ronchon ! Je suis satisfait, j’ai bouclé mon 9ieme marathon et établi ma meilleure performance.

Le ravitaillement est très succinct, avec la médaille, on me donne un sac plastique (nul ! Et l’environnement alors !) avec 1 pomme, 1 barre de céréale et une bouteille d’eau sans capuchon (super pratique après une course).

Je récupère mon sac, je me change et je rentre à pieds, encore 4km pour récupérer !

Le vainqueur masculin de l’épreuve est un éthiopien en 2h16mn suivi de 3 kényans très proches de lui. La première femme est aussi éthiopienne et a un chrono de 2h29mn. Le premier de ma catégorie Master 2 a bouclé ce marathon en 2h45mn, il m’a mis 56mn dans la vue !

J’allais oublier, je me classe 830ieme sur 2714 coureurs et 124ieme master 2 sur 513

Pour être complet voici le parcours et le profil de ce marathon :

En conclusion de cette belle matinée et pour finir sur une note positive, j’ai trouvé que c’était le plus beau parcours de marathon sur lequel j’ai couru. Le dénivelé de ce parcours est de 150m d’après ma montre GPS.

L’aller-retour par le même chemin n’est pas gênant du tout car le paysage n’est pas le même dans les deux sens, on voit les montagnes et le lac différemment, en tout cas ça ne m’a pas embêté. Les bénévoles étaient tous au top, très sympa sur tout le parcours.

J’ai vraiment adoré Annecy ainsi que les villages autour du lac, la région est magnifique !

Pour finir, je signe ma chronique bien sûr !

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

12 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok