Trail du Petit Ballon à Rouffach

Trail du Petit Ballon à Rouffach

Après un pseudo hiver et ignorant encore de quoi sera faite ma saison, il est grand temps de rejoindre les sentiers après les températures clémentes de ces 2 semaines.

C'est un Trail assez roulant, idéal pour tenter de retrouver un certain rythme de course avant d'entrer véritablement dans la saison. Après une petite sortie vélo de 45 km vendredi pour récupérer ma voiture de location au Puy-en-Velay, et une journée de travail bien remplie le samedi, c'est parti pour 550 km de petites routes.

Passant par l'Ain, et n'effectuant pas un gros détour, je ferais une Escale Gourmande chez @Sk Run (l'avantage de la Communauté Running Club).

Après cette pause sympathique, j'arriverais à Rouffach vers 4h, le retrait des dossards commençant à 7h, cela me laisse juste le temps de faire une petite sieste dans mon duvet.

On rejoint l'aire de départ et ignorant ma condition physique du moment et avec l'expérience, je préfère me placer un peu à l'arrière dans le peloton.

Ne pas se brûler sur le départ des plus agréables entre les rues de Rouffach et les chemins de vignes.

Cependant après 5 ou 6 km et la descente vers le village Soultzmatt, les parties amusantes commencent à arriver.

Cependant, le 1er et trop rare single du parcours aura un effet tampon et comme le dit Alexis Boeuf lors des commentaires de Biathlon, quand on se retrouve à l'arrière d'un groupe, on joue l'élastique.

Le 1er CP se trouve 2 km plus haut, il sera bien temps de faire un point sur ma forme du jour. A cet instant je regrette un peu de ne pas avoir pris mes bâtons, mais cela fait parti du renforcement musculaire en vue d'hypothétiques événements à venir. L'ardennes Mega Trail (100 km - 5500m D+) et l'U2B (Ultra des 2 Ballons, course sur route de 202 km - 4750m D+ en moins de 36h). Et cerise sur le gâteau le Grand Raid de la Réunion à l'automne, du moins j'espère une issue favorable au tirage au sort le 30 mars prochain. 

11 km, je passe 892ème en 1h24, pas vraiment de quoi se réjouir et mieux vaut rester prudent que de le payer au centuple dans les 24 derniers kms. On repart en direction du Col de Boenlesgrab, soit 9 km d'ascention... Je peine à trouver mon rythme, je ne suis pas casser mais mes jambes se refusent à avancer comme je l'aimerais (sans doute un jour sans, on dirait bien).

A 300m du 2ème CP, je m'arrête 4 ou 5 minutes pour venir en aide à un automobiliste suisse allemand qui s'est tanké en voulant se garer. Me rendant compte que c'était bien inutile, je préviens la personne qui me semble diriger les bénévoles. Je fais le plein d'eau et de solide, ni soupe, ni café... Cela m'aurait fait du bien.

22ème km, je suis 954ème en 3h09', nous sommes badgés en sortant du ravitaillement. Attendant quelques instants afin d'encourager Sébastien SPEHLER, vainqueur de l'épreuve qui redescend déjà du sommet du Petit Ballon.

Si la météo aura été clémente jusqu'à présent, la suite va se gâter quelque peu d'ou ces photos d'archives. Visibilité presque nulle à cause de la tourmente et des rafales de vent à plus de 130 km/h.

J'essaie de profiter de cette dernière partie montante avant le franchissement du Col pour doubler quelques concurrents. Quand à la descente, elle va se faire en mode "Accroche toi Germaine ", j'avais opté pour des runnings lights sans véritable accroche, de quoi se donner quelques frayeurs.

A la sortie d'un névé, je sens ma cheville partir...Une douleur vive qui aura le mérite de me réveiller.

Arrivant au 3ème CP, le ravitaillement est litéralement vide, reste juste quelques raisins secs et 3 quartiers de pommes, je trouve cela un peu décevant surtout pour une organisation aussi bien rôdée. Une petite soupe ou un café aurait été un véritable luxe. Au moins, cela aura le mérite de ne pas trop s'attarder sur le buffet, lol

873ème en 5h24 pour 34 km. On poursuit la descente et mes jambes commencent de se réveiller un peu, sans doute le froid qui me fait avancer désormais. Si la neige fait désormais place à la pluie, le vent quand à lui n'a pas faiblit. Heureusement, nous sommes protégé de temps en temps en passant dans les bois.

42ème km, 860ème en 6h36' à Osenbach. j'en rigole mais je gagne une heure sur mon chrono sur le Marathon du Mont Blanc. La pluie commence à s'arrêter, le soleil arrivera t-il à nous sécher un peu ? Schauenberg, avant dernier CP, 48ème km en 7h35', 846ème. Toujours pas de petit blanc, café ou autres boisson chaudes, je remplis ma groude d'iced tea et repart. Ne regardant pas ma montre, j'avance aux sensations, me raccrochant à mon mental pour les derniers kms, pensant à la bière bien fraîche qui m'attend ainsi qu'au Baekenofe.

Finalement, je termine ce Trail en un peu moins de 8h35, 835ème sur 994 classés, sur les 1200 au départ. Maintenant, plus qu'à espérer que mon entorse se remette dans les quelques jours car je crois bien que j'ai quelques marathons à venir afin de préparer le 1er Tour de la route des Grands Vins à Valence.

Bonne semaine les amis.

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

11 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok