Semi-marathon de Cannes, dimanche 3 mars 2019

Semi-marathon de Cannes, dimanche 3 mars 2019

Semi-marathon de Cannes, dimanche 3 mars 2019

En pleine préparation pour le marathon d’Annecy qui aura lieu le 14 avril prochain, ce semi-marathon est parfait pour me tester sur route. C’est la sixième fois depuis 2011 que je participe à cette épreuve.

Elle se déroule en bord de mer exclusivement sur du plat avec 4 boucles à parcourir : 2 boucles sur le boulevard de la Croisette en passant devant le Palais des Festivals et 2 boucles le long des plages vers l’ouest de Cannes.

Je suis sur place une heure avant le départ pour prendre mon dossard, m’imprégner de l’ambiance de la course, voir des amis et surtout bien m’échauffer avant le départ ; les vieux moteurs ont besoin d’une longue période de chauffe avant d’atteindre leur rendement optimal !

Le temps est très beau, un peu frais, parfait pour courir dans d’excellentes conditions.

Je me place derrière l’arche de départ, serré entre les barrières. Je suis en assez bonne position, pas trop loin du sas des élites pour ne pas être gêné au départ. Lorsque le départ est donné, je m’aperçois que, malgré ma position à l’avant du peloton, je rencontre beaucoup de coureurs qui ne sont visiblement pas à leur place et qui gênent le groupe car ils ne courent pas à l’allure ou carrément marchent ! Pour en avoir parlé souvent, encore une fois, je ne comprends pas cette attitude, chacun fait la course qu’il veut à l’allure qu’il souhaite mais il faut se placer en conséquence dans le peloton de départ.

Après avoir un peu râlé pour la forme et pas mal slalomé, je trouve mon allure, elle est très rapide, bien plus que celle que je devais respecter, je suis à 4mn23/km, soit 13,7 km/h.

Je parviens à maintenir cette vitesse en m’accrochant aux coureurs qui m’entourent, pendant 2km.

Je prends ensuite un rythme très rapide pour moi mais plus raisonnable de 4mn35s c’est-à-dire autour de 13km/h.

Passage autour du vieux port de Cannes

Je pensais que ma vitesse allait baisser petit à petit mais je me rends compte que j’arrive à la maintenir kilomètre après kilomètres jusqu’au 15ieme.

Devant la Mairie de Cannes

Je me concentre sur chaque kilomètre, je cours en regardant très fréquemment ma montre pour contrôler mon allure que j’essaye de maintenir le plus stable possible. A chaque nouveau km parcouru, je vérifie ma moyenne et je fais en sorte qu’elle ne baisse pas.

Si les deux premières boucles sont terminées assez facilement, je sens à l’entame des deux dernières que je suis moins facile et je sais d’avance que la fin sera plus dure. Par contre, si dans les premiers km beaucoup de coureurs me doublaient, depuis le 10ieme km, rare sont ceux qui me doublent et je commence à rattraper pas mal de monde. C’est d’ailleurs une de mes motivations, je cherche une cible devant moi et je me concentre jusqu’à ce que je l’ai rattrapé et doublé, comme un petit jeu. Et si je n’y parviens pas, cela m’aura permis de maintenir ma cadence.

A partir du 15ieme km, je sens que l’allure baisse malgré mes relances et que l’énergie s’amenuise, les jambes se font dures. Mon allure moyenne passe à 4mn48s/km sur la fin de course. Mais je n’abdique pas et continue à faire mon maximum. Mon objectif du jour est de faire un chrono inférieur à 1h40mn. Je veux également tester ma capacité, surtout mentale, à finir une course dans la difficulté sans rien lâcher pour me préparer à la fin du marathon.  

Dans la dernière boucle, je m’accroche à des coureurs qui ont une allure proche de la mienne ou plus élevée pour m’aider, et même si ma foulée devient plus lourde et mon style encore moins souple, j’arrive dans le dernier km et j’accélère. Les très nombreux spectateurs nous motivent, des amis qui m’encouragent me motivent pour le sprint final.

J’arrive sur le tapis et passe sous l’arche en 1h38mn59s. Mission accomplie ! Je suis content de ce chrono, je ne suis pas encore à ma forme optimale en ce début mars mais j’ai atteint mon objectif et je suis proche de mon chrono de 2015 sur cette même course qui était 1h36mn.

Le vainqueur masculin de l’épreuve est un kényan en 1h03mn avec 3mn d’avance sur le second. La première femme a un chrono de 1h17mn.

Après ma course et le passage obligatoire au ravitaillement, je vais voir le départ et le passage des coureurs du 10km. Cette course est remportée par le français Mahiédine Mekhissi en 29mn.

Pour être complet, je me classe 466ieme sur 1500 participants et 85ieme de ma catégorie master 2 sur 266 participants.

En conclusion de cette belle matinée, je suis rassuré sur ma forme et sur ma capacité à terminer une course même dans la difficulté et même si je suis loin de mon record personnel sur semi (1h34mn), j’ai gagné en confiance dans ma préparation pour le marathon.

 

Merci aux bénévoles et aux organisateurs pour les épreuves du jour : 5km, 10km et semi.  

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

8 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok