Trail des Sources de la Loire

Trail des Sources de la Loire

Pour une fois que j'ai un jour férié qui tombe un samedi, je ne pouvais pas rester enfermé et ce temps mal grès une météo automnale un peu capricieuse.

Donc, à peine sortie du boulot, je monte dans ma fidèle voiture direction Costaros (43) à 20 km du Puy-en-Velay afin de prendre part au Trail des Sources de la Loire ( 71 km - 2340m D+ ) organisé par l'Association 3 Soleil auquel je me suis inscrit jeudi soir.

Arrivé un peu tard sur site pour retirer mon dossard et me faire un petit resto que j'avais repéré, je me contentais du menu touriste guerrier de base (2 menus Maxi Best of, 1 classique et 1 chicken), puis je me blottis dans mon duvet et m'allonge sur la banquette arrière.

il est seulement 22h, mais il fait déjà 3° dehors et le réveil est programmé à 3h pour monter dans la navette à 3h50 pour nous rendre au départ. La nuit fût quelque peu chaotique, réveillé vers minuit par une crampe dans le mollet gauche.

Je me retourne, puis finis ma nuit, le petit déjeuner, contrairement à mes habitudes sera des plus frugales (1 boîte de crème Mont Blanc caramel, et deux cafés ). Puis on rejoint la salle des fêtes pour attendre le bus, et on retrouve de vieilles connaisances.

Equipé pour affronter les 1° prévu et le petit vent du nord annoncé sur le Mont Gerbier de Jonc.

Me basant sur mes derniers chronos sur le Raid Le Puy-Firminy (68 km - 1500m D+) qui oscille entre 8h58' en 2015 et 9h55' en 2013 ).

Je me dis dans ma petite tête que je pars entre 10h30 et 11h30 (on verra si j'ai récupéré de ma petite sortie de 100 km de la semaine dernière) d'effort maximum puisque je reprend la route à 18h pour participer dimanche matin à un petit Trail local de 14 km - 400m D+.

Sur place, je retrouve d'autres amis, on nous offre un café en attendant le départ à 6h30.

Le départ est donné avec 3' d'avance, cela change des grosses organisations ou vous prennez toujours le départ avec du retard.

La mise en route est assez délicate, j'ignore si c'est la fatigue ou si ce sont les autres qui sont partis vite, mais au bout d'un km, je me retourne et n'apperçoit plus que 4 frontales dont l'une appartient à un ami serre file.

On nous annonçait des températures quasi hivernale sur ces monts d'Ardèche, mais la température s'est radoucie depuis 2 jours et la neige aura fondu (bien dommage).

Je ne m'affole pas même si je joue la lanterne rouge jusqu'au 18ème km, je suis entre 8,5 et 9 km/h et je trouve mon allure déjà bien rapide.

Sans compter que je suis trop habillé, mais bon quand le vent souffle à 1490m, je suis bien content d'avoir une couche de trop.

22ème km et 1er ravito, une soupe, quelques chips, du pâté de campagne sur un Tuc, et on repart en direction du Lac d'issarlès ( 10 km  - 300m D+)

2ème ravito, j'ai commencé à remonter un peu le peloton, et me trouve avec un petit groupe, je retrouve un ami qui me dit qu'il n'a plus de jambes, je refais le plein d'énergie, mange des madeleines pour me caler un peu le bide et en profite pour ranger ma veste.

Nous avons passé le point le plus haut du parcours, et le brouillard commence à laisser place à un soleil timide.

Nous voilà reparti pour un nouveau tronçon de 20 km environ jusqu'au Château d'Arlempdes que j'avais eu plaisir à découvrir sur le parcours lors du Grand Trail Stevenson.

J'ignore totalement ou j'en suis dans le classement à ce 3ème ravitaillement, 53ème km. Je me pose 15' environ le temps de changer de chaussettes, de prendre une bonne soupe, et de manger plusieurs tartines de pâté.

Il me reste 18 km à faire et je suis toujours sur une allure moyenne de 7 km/h, donc à moins d'un grosse défaillance, cela devrait le faire.

Lorsque je repars du ravito, mon ami arrive seulement, alors que sur les 2 premiers ravito, c'est moi qui arrivait quand il repartait.

Prêt pour affronter 10 km avec des chemins rendu assez technique à cause des derniers orages et inondations.

Nous sommes désormais en Haute Loire depuis le 40ème km environ. Je n'ai pu prendre de photos des chemins ravinés mais à ce moment là, je me concentrais pour ne pas chûter.

66ème km, dernier ravito, reste plus que 5 km en faux plat et je manque un peu de fraîcheur pour relancer et maintenir le rythme qui vient de passer à 6,8 km/h.

Enfin, la ligne d'arrivée franchie en 10h29'40", 71ème sur 156, un bon repas, une bonne bière et on reprend la route vers de nouvelles aventure.

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Chroniques de Runners

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

7 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok