Mesdames, pour optimiser vos entrainements, périodisez-les !

Mesdames, pour optimiser vos entrainements, périodisez-les !

Mesdames, pour optimiser vos entrainements, périodisez-les !

C’est ce que révèle les résultats d’une thèse de l’université de médecine d’Umeå publiée en 2016. Dans cette étude, 59 femmes ont participé à un programme de renforcement musculaire des cuisses de 4 mois.

Le but était d’améliorer les connaissances sur la façon dont les femmes peuvent s’entraîner en fonction de leur cycle menstruel et donc obtenir les meilleurs effets de l’entrainement sans augmenter le nombre de sessions. Un entrainement centré sur les 2 premières semaines du cycle a plus d'effet sur la force, la puissance et la masse musculaire.

En effet, le groupe de femmes qui a suivi le programme (5x/sem.) durant les 2 premières semaines de chaque cycle a eu un effet plus important que celui ayant suivi le même programme durant les 2 dernières semaines du cycle. Une comparaison a été faite entre les femmes sous contraceptifs oraux estroprogestatifs (COEP) et celles qui n’en prennent pas, aucune différence n’a été observée.

ostéopathe du sport ostéopathe essonne ostéopathe 91 ostéopathe mennecy

En parallèle, dans l’unité de recherche de médecine du sport, les chercheurs ont voulu suivre l’hormone du stress chez des participantes comme marqueur de surentraînement. Les niveaux de cortisol de 33 participantes sur une période de 9 mois ont été étudiés. Les résultats ont montré que le cortisol vari selon les saisons, mais que les femmes sous pilule contraceptive, en général, ont montré des niveaux plus élevés.

L’entraînement périodisé pourrait avoir des effets positifs et contribuer à réduire les risques que le surentraînement peut causer. La menstruation est une partie centrale dans la vie des femmes, qui est à prendre en compte lors de l'optimisation de l’entraînement. Il pourrait être nécessaire de savoir comment les femmes réagissent à un entraînement plus intensif, notamment pour augmenter encore leurs performances sportives dans les sports de compétition. Aussi, le niveau de cortisol est important dans l’optimisation de l’entraînement chez les femmes, mais son taux élevé retrouvé chez celles sous COEP ne doit pas nécessairement être considéré comme un marqueur de surentraînement.


Wikström-Frisén, Lisbeth. (2016). Training and hormones in physically active women: with and without oral contraceptive use. 2016. Thèse de doctorat. Umeå universitet.

Crédits photo : Mopic/Fotolia ; Click Images/Fotolia ; marochkina/Fotolia


  Cédric de Tombeur

 Ostéopathe du Sport

www.osteo-du-sport.fr

Page Facebook

 

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Entrainement

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

12 commentaires

Questions & Réponses Entrainement

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok