L'incroyable histoire de Bobbi Gibb

L'incroyable histoire de Bobbi Gibb

Cette chronique m'a été inspirée par la récente chronique de Michel Delore sur Chantal Langlace.

Vous avez peut-être entendu parler de Kathrine Switzer, la première femme a avoir couru officiellement le marathon de Boston en 1967.

Celle-ci s'était inscrite en utilisant uniquement ses initiales. Il y a une scène célèbre où un officiel essaye de l'empécher de continuer son parcours et est repoussé par son copain costaud.

Il faut dire qu'a l'époque les organisateurs pensaient que les femmes ne pouvaient pas courir plus de 2500 mètres sans se faire de mal et que par conséquent elles n'ont pas été autorisées à courir le marathon de  Boston jusqu'en 1972.

Mais connaissez-vous l'histoire de Bobbi (Roberta) Gibb ?

Je l'ai découverte dans le numéro de mai de l'édition US de Runner's World. Celle-ci n'avait jamais couru lorsqu'elle a assisté au Marathon de Boston en 1964. Elle a été inspirée par ce qu'elle a vu et s'est mise a la CAP, sans aucun programme d'entrainement, et en courant avec ce que l'on appelle en Amérique des chaussures d'infirmière;  à l'époque, il n'y avait pas de chaussures pour femmes. Elle avait essayé de courir le marathon de 1965, mais une foulure aux deux chevilles l'en a empéché.

N'ayant aucune expérience de la course à pied, elle a commencé par de petites distances, et a rajouté les kilomètres petit à petit, jusqu'à pouvoir courir 60 kms sans problèmes.  Pour le marathon de 1966, elle a envoyé une lettre au comité d'organisation pour demander à être inscrite. Elle a reçu une réponse négative du chef de ce comité, lui disant que les femmes ne pouvaient pas physiquement courir un marathon. Vivant  a l'époque en Californie, elle a fait le voyage de quatre jours et trois nuits en bus, arrivant chez ses parents, dans la banlieue de Boston, la veille du Marathon.

Le jour de la course, revétue d'un maillot noir une pièce, d'un bermuda de son frère, de chaussures toutes neuves et d'un sweatshirt à capuche, elle s'est rendue au départ de la course et s'est cachée dans un buisson. Apres avoir laissé passer la moitié des candidats, environ 200, elle s'est jointe à eux.

Les hommes ont formé un cercle autour d'elle et lui ont dit qu'ils ne permettraient à personne de l'empêcher de continuer.

Au bout de 2 kilomètres, les concurrents se sont rendus compte qu'il y avait une femme parmi eux. Au lieu de demander son exclusion, ils l'ont chaleureusement accueilli. Au bout de 4 kilomètres, elle leur a dit avoir chaud et vouloir enlever son sweatshirt, mais qu'elle avait peur de se découvrir et d'être exclue. Les hommes ont formé un cercle autour d'elle et lui ont dit qu'ils ne permettraient à personne de l'empêcher de continuer.

Partout, la foule l'applaudissait. Peu a peu, la nouvelle qu'une femme courait le marathon s'est répandue et la presse s'en est emparée.

A un moment, le parcours passe a côté d'une université pour femmes qui s'appelle Wellesley College. Tenues au courant, les étudiantes l'ont acclamé comme jamais auparavant.

Elle a franchi la ligne en 3:21:40; Seulement un tiers des 415 concurrents ont terminé devant elle. Elle a du ralentir à la fin car ses chaussures toutes neuves lui ont donné des ampoules.

Le gouverneur de l'état du Massachussets, John Volpe, l'attendait à l'arrivée pour lui serrer la main.

Le lendemain, elle a fait la une des journaux.

Elle est revenue pour courir le même marathon en 1967 ( 3h27 )  et 1968 ( 3h30 ). En 1967, elle a terminé une heure avant Kathrine Switzer, mais les officiels ont formé une chaine humaine pour l'empêcher de franchir la ligne d'arrivée.

Même si les femmes ont été autorisées à concourir dès 1972, les performances de Bobbi, première féminime en 1966, 1967 et 1968, n'ont pas été reconnues avant 1996, année du centenaire de ce marathon, où elle a reçu les médailles qui lui étaient dues.

Par la suite, Bobbi s'est consacrée à sa famille, a travaillé dans la recherche medicale et est devenue une avocate brillante.

Aujourd'hui, à 73 ans, elle se consacre à la sculpture, sa passion.

Elle continue à courir. Elle s'entrainait pour le marathon de Boston de cette année, esperant courir en 4 heures.

Au lieu de cela, pour les 50 ans de sa première course, elle va être honorée par le marathon de Boston en étant la " Grand Marshall "; elle va donner le depart et suivra la course dans la voiture de tête.

Ci-dessous Bobbi au Marathon de Boston 2015.

Le bermuda avec lequel elle a couru est au musée du marathon :

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

39 commentaires

Questions & Réponses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok