Direction Toulouse - Semaine 2 - épisode 8 et 9

Direction Toulouse - Semaine 2 - épisode 8 et 9

SEMAINE 2 – EPISODE 8 :

Toujours ces levers difficiles à cause de nuits agitées et d'un mauvais sommeil, mais nous voilà repartis pour une semaine trépidante.

J'adore les lundis ! C'est la journée de repos, celle où je ne suis même pas obligée de faire du sport... sauf si j'ai fait des excès durant le week-end... ce qui, en été, est le cas tous les week-ends finalement ?! Mais au moins je peux choisir le sport, la durée et le rythme. Un vrai luxe.

Vu le chiffre sur la balance ce matin, je m'autorise à ne faire qu'une micro séance à la salle en début de soirée. 30 minutes de vélo, 15 minutes de steppeur et 10 minutes de rameur. Avec le gainage et les abdos du matin, je dépasse tout juste l'heure. Ça suffira pour aujourd'hui. Je me suis promis que sur cette prépa j'allais être « raisonnable », axer sur la course à pied, moins en faire à côté pour éviter de me blesser et m'octroyer plus de récupération...  la bonne excuse pour faire sa fainéasse !

EPISODE 9 :

Poids en hausse... comme tous les mardis, puisque c'est glandouille les lundis. Je vais en baver sur la piste ce soir, mais ça me fera l'occasion de reprendre le combat contre les grammes superflus.

Journée galère au boulot, je passe mon temps à remplacer mes collègues en vacances, sans jamais pouvoir faire mon travail et m'occuper de mon service. Résultat, c'est moi qui vais finir par être en retard dans mes dossiers.

Mais hors de question de faire des heures supplémentaires aujourd'hui. Le mardi c'est sacré, c'est fractionné ! Et si j'ai le choix, je préfère le faire au stade. C'est plus motivant, et ça me donne l'occasion de voir Mu. On fait notre échauffement ensemble en conversant gaiement de choses et d'autres, de course à pied, de nos hommes, de nos boulots... un tour de l'essentiel en 15 minutes.

Puis vient le moment de passer aux choses sérieuses : 15 fois 300 mètres. A première vue ça me fait moins peur que les 20 x200 de la semaine dernière. Je pars cool, détendue sur le premier, … et ça se voit : 1'04. « Qu'est-ce que c'est que ce chrono ? Faudrait voir à ne pas s'endormir sur ses lauriers ma p'tite dame ! » Allez hop ! Il me reste 14 tours pour rattraper le coup. Je me donne un coup de pied aux fesses et à partir du troisième je tourne en 1'. Toutefois je dois avouer que je subis davantage la séance que celle de la semaine dernière. Pas tant au niveau cardiaque, mais plutôt au niveau musculaire. Pour me rassurer, je me dis que j'ai conservé la même vitesse en rajoutant cent mètres de distance. Je le sens sur la dernière ligne droite, en sortie de virage. L'acide lactique qui envahit les cuisses, et cette impression désagréable de devoir forcer pour ne pas trop décélérer.

Quinze répétitions de cet effort, ça va être rude finalement. Comme à chaque fois que je flanche, je découpe la séance en petits bouts, et je me concentre uniquement sur le morceau que j'ai à faire avant de passer à un autre. Là au lieu de penser à mes 15 fractions, je découpe en trois fois cinq séries. Je me concentre sur la première série de cinq, avant de passer à la seconde, sans penser à celle que j'ai déjà faite ou à celle que j'ai encore à faire. C'est moins dur psychologiquement de se dire trois fois qu'on a 5x300 mètres à faire, plutôt que 15x300 mètres d'un coup ... Enfin pour moi, ça fonctionne toujours. Sur marathon je fais pareil, je découpe en tranches de cinq kilomètres, et je me concentre uniquement sur la partie que je suis en train de courir.

Aujourd'hui ça me permet de finir honorablement ma séance, avec toutes les portions passées aux alentours de 1 minute. Encore deux kilomètres de retour au calme, puis j'arrête là pour aujourd'hui. Pas la peine d'en faire plus, l'important c'est de tout faire et de bien faire.

Avant de quitter le stade, je croise mon coach officiel. Je lui demande quelques précisions sur le plan qu'il m'a donné, et lui résume mes derniers entraînements. Cette andouillette farcie me fait remarquer que je ne tourne pas très vite sur mes séances de fractionné ! Mais que c'est bien comme ça, que ça évitera que je me grille. Ah bon ? Il me fait rigoler quand même celui-là. J'ai la même vitesse qu'en fin de plan avant mon marathon d'Amsterdam, et il me dit que je ne vais pas très vite. A moins que ce ne soit pour me titiller et me pousser dans mes derniers retranchements, mais hors de question que je me fasse avoir cette fois-ci. A l'instinct, aux sensations, et surtout pas à l'égo pour prouver quoi que ce soit à qui que ce soit... de toute façon je ne suis pas sûre de pouvoir faire mieux, et je trouve ça déjà pas mal du tout.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Entrainement

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

13 commentaires

Questions & Réponses Entrainement

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok