Récupération active : quel intérêt pour les coureurs ? Que pratiquer ?

Récupération active : quel intérêt pour les coureurs ? Que pratiquer ?

Pour récupérer après un effort, beaucoup se tournent vers l’alimentation, l’hydratation… ou le repos. Mais il est possible de récupérer via une activité sportive. Cela apporte même de nombreux avantages et bienfaits.

Récupération complète et récupération active

Il est important pour le coureur de s'octroyer des périodes de récupération. Un programme d'entraînement doit être constitué de cycles de travail. Le but est de pouvoir alterner périodes d’effort et récupération. Un programme classique repose ainsi sur trois cycles de travail précédant la compétition. Si chaque cycle varie en fonction des besoins de la personne concernée et de ses objectifs, il doit se terminer à chaque fois par une semaine de récupération.

Cette semaine peut prendre deux formes : la récupération complète et la récupération active. Dans le premier cas, le coureur n'effectue pas le moindre effort pendant un jour ou deux, même pas un petit footing. Un entraînement non quotidien amène de facto ce genre de repos. Dans le deuxième cas, le coureur peut effectuer une petite sortie course à pied le lendemain ou surlendemain de son entraînement ou de sa compétition.

Footing ou entraînement croisé

Le coureur peut récupérer de façon active le lendemain ou le surlendemain d’une grosse charge de travail ou d’une compétition. La récupération active permet à l’organisme de récupérer des séances de qualité. Le runner ne devant pas enchaîner deux grosses séances, il se doit d’intercaler une séance de récupération active. En assurant une circulation du sang plus efficace que pendant une période de repos complet, elle favorise une meilleure oxygénation des muscles. Cela facilite l’élimination des toxines et autres déchets acidifiants. Elle permet également d’assurer un bon équilibre physiologique ou encore de prévenir l’arrivée des courbatures.

Le but n’est pas de progresser ni de poursuivre à même intensité mais d’aider l’organisme à récupérer. Le rythme idéal est alors entre 60 et 75% du rythme cardiaque ; 30-45% de la V02 max. C’est plus élevé que n’importe quelle activité de la vie quotidienne, mais qui cela permet de rester en équilibre d’oxygène et de tenir une conversation sans problème. Si ce n’est pas le cas, ralentissez. Cependant, ce type de séance n’est utile qu’en pratiquant une activité physique aérobie. Un entraînement croisé avec des sports portés (vélo, natation) est idéal pour pratiquer la récupération active.

La récupération active se fait généralement le lendemain ou le surlendemain d’un effort conséquent. Mais si une nouvelle échéance arrive dans un délai très court, n’hésitez pas à la mettre en place le plus tôt possible comme dès la fin de l’entraînement ou de votre compétition.


  Erwann Menthéour

  Spécialiste en nutrition et en préparation physique

  www.fitnext.com : site de coaching en ligne novateur

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Entrainement

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

16 commentaires

Questions & Réponses Entrainement

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok