Le 5 août 2018 NB X-Trail à Courchevel

Le 5 août 2018 NB X-Trail à Courchevel

Le mercredi précédent la course, je me trouve plutôt en forme et j'ai bien récupéré de la 6000D le dimanche d'avant.

Je vois cette course à Courchevel dans mes prospectus distribués lors de la 6000D, je me dis pourquoi pas.

 

Plusieurs distances sont proposées : un 11 km, un 21 km, un 33 km et un 54 km au cœur du magnifique parc de la Vanoise. Le jeudi matin, je me décide pour m’inscrire mais tout complet pour le 54 km et le 33 km. Je contacte quand même l'organisation au cas où. Réponse le vendredi matin avec possibilité de dossard pour le 33 km seulement. Je dis bingo, super content je regarde même pas le type de parcours ni le dénivelé.

Le samedi midi, je récupère mon dossard sur place et prends connaissance du parcours, ça a l'air finalement plutôt costaud avec 2 200D+. Le départ se fait sur Le Praz un peu plus bas à 1 258m d'altitude.

Dimanche matin, le départ est donné à 7h45, juste le temps de passer par la petite tente d'accueil avec café et diverses petites choses à grignoter. C'est très appréciable car loin d’être le cas sur toutes les courses.

Je rejoins le départ. Nous sommes moins de 176 concurrents, c'est parfait, je me place sur la première moitié du groupe, comme ça, au feeling, Le briefing nous indique qu'à cause des travaux environnants, le départ est donné cette année directement droit dans la pente en face de nous. C'est parti 200m de plat et puis c'est raide de suite, je suis le premier du groupe à marcher, je me dis que soit les gars comme bien souvent sont très optimistes sur les capacités ou soit le plateau est relevé. Je perds finalement pas énormément de places car j'allonge bien et pousse fort sur les bâtons pour maintenir un bon rythme. Cette première partie de course emprunte le chemin du KV du samedi avec 400D+ déjà avalé sur seulement 2,5 km.

Dans les bois à l'ombre, c'est super agréable cette partie et les sensations sont au beau fixe. L'échauffement est terminé alors j'augmente le rythme car on se trouve maintenant sur des singles, j'adore ça.

Le premier ravito arrive vers le kilomètre 8, je bois un verre d'eau et mange un peu sans traîner et repars rapidement.

Nous sommes maintenant en pleine montagne, le paysage est magnifique, très calme, c'est un pur bonheur.

Les passages à flanc de montagnes sont plutôts impressionnants et certains calment le jeu, surtout dans les descentes techniques. Les jambes me suivent et répondent bien alors je passe pas mal de concurrents ce qui m'étonne même. A ce moment là, au 12 ème kilomètre, à bloc et très concentré, je contrôle la stabilité du bonhomme avec mes bâtons à l'horizontal le long du corps, évidement tenus au centre pour un meilleur équilibre, ma main évidement pas dans la sangle. Le bout de mon bâton heurte une grosse pierre que je viens de sauter et il m'échappe pour finir 20 ou 30 mètres en contre bas du ravin rocheux. Impossible de le récupérer, je continue. Sacrée anecdote mais la côte suivante me fait cogiter, je mets les mains sur les cuisses pour m'aider, tant pis on fera avec (enfin sans).

Je me cale derrière un gars qui grimpe bien pour m'aider mentalement puis arrivé au sommet, il explose, alors je le passe puis entame la descente vers le second ravito au 14ème km.

Le 54 km nous a rejoint à ce moment là. Les cuisses commencent à tirer, furtivement je me dis que je paie peut-être le cumul des kilomètres ces derniers jours. Cette fois, je prends le temps de bien me ravitailler puis j'aperçois un malheureux qui a abandonné. Je me paie le culot sans trop réfléchir de lui demander de me prêter ces bâtons pour finir la course. Il accepte de suite, surpris et amusé de mon histoire. Je repars rechargé à bloc et confiant pour la suite, j'avale assez facilement le col suivant à 2 456m d'altitude. Le paysage est splendide, c'est un régal, mais il faut absolument regarder ses pieds tant c'est truffé de parties piégeuses : trous dans la terre, roches à sauter dans cette descente. Le groupe s'est vraiment étiré maintenant, je me retrouve seul rapidement .

Le dernier col arrive avant le 20ème kilomètre mais celui-là m'a fait vraiment mal aux jambes. Je perds quelques places dans cette côte, mais ça n'entame pas mon envie de bien terminer.

Au sommet je prends une minute pour reprendre mon souffle et prendre quelques photos. Le glacier de la Vanoise en face est sublime, c'est magique. Je regarde autour de moi et le sentier court sur les crêtes en descente modérée, c'est génial, j'adore. Je range vite le téléphone et me lance dessus.

La petite pause au sommet a reformé des groupes, à l'aise sur ce type de chemin, je dépasse tous ceux qui m'ont doublé dans la montée, je m'éclate vraiment. C'est un enchaînement de petites bosses et de creux avec de multiples relances avec des petits sauts par dessus les roches, c'est l'éclate total. J'ai l’impression de me retrouver 20 ans en arrière à faire de la moto cross ! Arrivé au col de la Dent à plus de 2 000m, la vue sur Courchevel et Le Praz, lieu de départ, me booste et je décide de tout donner maintenant pour un joli finish. Je me retrouve de nouveau seul avant d'attaquer cette longue descente dans les bois, le denivelé négatif est important mais les quadris tiennent bon.

Le dernier ravito est là, le lieu est une nouvelle fois superbe au Lac de la Rosière juste avant un petit barrage. Il y a beaucoup de monde mais aucune ambiance comme sur l'ensemble du parcours.

Voilà les 5 derniers kilomètres en descente, on se retrouve à trois à bonne allure mais au bout de 2 km, je dépasse le concurrent qui commence à faiblir et la féminine me laisse passer également, un peu moins à l'aise dans ce chemin humide jonché d'ardoise au sol.

Très vite, elle me dépasse de nouveau dans un petite côte où j'alterne marche et course. Je réussirai à m'accrocher à elle seulement sur 1 km où elle finira à une allure impressionnante et en courant dans toutes les côtes. Elle finira 1ère de sa catégorie tout de même et 5 grosses minutes avant moi.

Je franchis la ligne d'arrivée avec une belle banane tant ce trail est beau, même s'il ne faut pas craindre le vide et les parties à flanc de montagne. Les jambes en feu, je vais voir l’écran pour mon classement, je termine 44ème au général, 41ème au scratch et 11ème de ma catégorie en 4h49, je suis aux anges !

Je reviendrai avec un grand plaisir sur ce X-Trail pour le 54 km, la super organisation, le balisage parfait, les bénévoles au top. Seul bémol, le manque cruel d'ambiance. Un peu dommage et même surprenant tant les gens restent indifférents au passages des coureurs. Pour être totalement positif, cela peut rendre la course plus authentique et naturelle peut-être...

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

9 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok