177km Ultra Marin

177km Ultra Marin

Vraiment les gars... C’est fou, c’est fou !! 

JAMAIS je n’aurais pensé que j’allais le terminer. Déjà, je me suis inscrite un peu au dernier moment car quelques amis m’ont incités à m’inscrire :)

Une semaine avant, j’ai pris rendez-vous avec l’ostéo. Je lui disais que j’allais faire la moitié 90 km et que j’allais abandonner, je m’étais préparée psychologiquement à ne pas le finir... Mon ostéo m’a répondu que j’étais trop "renfermée" physiquement et même dans mes discours. "Mais ouvre toi... !". Bon le décès de mon grand-père quelques jours avant et mon manque de confiance en moi faisaient un tout qui me tirait vers le bas...

J’ai pris conscience des choses, il fallait que j’arrête de m’apitoyer sur mon sort ! A partir de ce moment-là, j’ai eu comme un déclic, j’ai verrouillé mon cerveau pour me convaincre moi-même que j’allais y arriver, que j’allais remonter la pente, que je pouvais finir cette course hors norme ! 

Et oui l’Ultra Marin 2018 c’était : 1 231 d’inscrits et puis 532 finishers seulement, c’était ouf !!

Dès le début, il a fait extrêmement chaud !! Et bim 30°C… Départ vendredi à 18h, j’ai couru tout doux, je n’ai même pas tenté de rattraper tous mes copains qui étaient un peu plus loin, trop peur d’être dans le rouge.

35ème km : ravito, j’ai retrouvé les autres : Julien de "C’est bien d’être bien" et Lilie Corne rose et puis aussi LoLo La Frétard qui était là comme accompagnatrice. D’ailleurs, un ÉNORME merci à toi, tu étais là pour prendre soin de nous, et en plus c’était un pur bonheur de te retrouver car je savais que quand je te voyais, c’était la pause ravito. Ensuite j’ai couru toute la nuit du vendredi avec Julien, je me sentais bien. Finalement je suis restée avec lui quasiment jusqu’à la fin.

Au 90ème km, le soleil était levé, j’étais encore fraîche, nous étions enfin à la moitié, dommage pour Thomas Fins qui a du abandonner... Après 120 km, ça y est, je ne pouvais plus vraiment courir, c’est là que mon mental a pris le relais sur 60km...

dodo

La deuxième nuit, on s’est tapé la pluie, l’orage avec Emir des Lapins Runners et Gilles (d’ailleurs, on a dormi sous un pont à la rache). Ca fait du bien d’être entourée lorsque les conditions sont difficiles. Je me suis accrochée à eux lorsqu’on on courait pendant plusieurs minutes, j’ai serré les dents, j’ai avancé tant bien que mal !

Puis le jour s’est levé, j’avais extrêmement froid, nous étions trempés, il restait 13 km et à force de marcher en étant humides, on s’est pris des ampoules. J’ai dû gérer le froid, la douleur, la fatigue, tout en continuant d’avancer… Je me suis arrêtée plusieurs fois mais qu’importe le chrono, j’avais au moins 6h pour terminer avant la barrière horaire. Et puis enfin l’arrivée, un soulagement énorme, pas de blessure, juste une grosse fatigue générale ! 177km, je n’arrive toujours pas à réaliser que je l’ai fait !

finisher

pieds

Au final, c’est difficile à dire mais je sais que mon grand-père y ait pour quelque chose, c’est un peu grâce à lui si j’avais toujours des jambes jusqu’au 120ème km, que j’ai pu courir sous 30°C, grâce à lui si j’ai pu terminer cette course. Il était fier de moi, toujours à fond sur mes résultats, il me disait même que de là-haut, il allait me surveiller. Ce fut le cas, merci.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

9 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok