Urban Trail de Cannes - 21/01/2018

Urban Trail de Cannes - 21/01/2018

C’est la première édition de l’Urban Trail de Cannes. C’est ma ville, je suis un vrai cannois depuis 3 générations et je ne pouvais pas manquer cet urban trail qui va me faire courir dans tous les coins de la ville dans laquelle j’ai tellement de souvenirs.

Premier Urban Trail de Cannes – 21 janvier 2018

Du point de vue sportif, je me suis inscrit sur « Le grand Cannois » 26km, il y a aussi le « Petit Cannois » de 13km et un « Cannes Découverte » de 8km.

Parcours du 26km :

Après une période de météo un peu perturbée, ce dimanche matin, il fait un grand soleil et le ciel est d’un bleu d’azur, comme toujours à Cannes (je dis ça en toute objectivité, je ne suis pas chauvin pour 2 sous bien entendu).

Le rendez-vous est donné avec mes camarades de la Team Foulées, devant les marches du palais des Festivals. Aujourd’hui, ce sont les coureurs qui seront les stars.

Après un bref échauffement (mes camarades de course sont des jeunes par rapport à moi et ils n’ont pas besoin de s’échauffer, disent-ils, ils changeront d’avis avec le temps…), nous nous positionnons sur la ligne de départ pour un bref discours du maire de Cannes et le briefing d’avant course.

Le départ est donné, les premiers démarrent sur les chapeaux de roues, nous formons un petit groupe et même nous, nous entamons la course sur un rythme très élevé à plus de 12km/h. Il faut dire que le parcours fait tout le tour de la pointe de la Croisette, sur de la route plate.

Je laisse mon petit groupe prendre de l’avance, je ne veux pas me griller dans les premiers kilomètres (ils sont jeunes et … ah oui, je l’ai déjà dit).

Il faut attendre quasiment le 5ème kilomètre pour commencer à monter dans la colline de la Californie. Le début de la montée est progressif, puis la pente s’accentue avant d’arriver sur une portion empruntant le passage d’un ancien funiculaire, avec une pente diabolique. C’est bien simple, j’avais l’impression que mes tendons d’Achille allaient céder !

Nous prenons ensuite un sentier en corniche qui permet une vue exceptionnelle sur la baie de Cannes en contrebas.

Là encore le rythme s’accélère et je n’ai aucun moment de répit, la moyenne oscille entre 12 et 13km/h. Je passe au kilomètre 10.

Vers le 12ème, c’est la descente, sur la route et parfois des escaliers. Cette descente sur bitume met à rude épreuve les articulations.

Après une petite portion plus ou moins plate autour du Lycée Carnot, c’est reparti pour de la montée, en ville pour rejoindre l’Hôpital de Cannes.

Après une courte descente, vers le kilomètre 16, c’est de nouveau la montée vers la colline de la Croix-des-Gardes, grand espace vert, peuplé de maquis et de mimosas. C’est un de mes terrains d’entrainement. Je connais chaque pierre des sentiers, je suis chez moi !

Je me sens très bien et je m’éclate bien dans les montées où je double un grand nombre de concurrents, et également dans les descentes que je connais par cœur et où je peux me permettre d’aller vite.

Le parcours nous fait emprunter un terrible escalier de 300 marches qui se poursuit par la dernière ascension de ce trail.

Vers le 22ème kilomètre environ, il reste une grande descente pour rejoindre la ville et monter à la colline du Suquet où nous passons devant l’église sur les restes des remparts avant de redescendre vers le bord de mer.

Il ne reste plus qu’à faire le tour du vieux port pour arriver devant le palais des Festivals.

Le parcours nous permet de monter les marches sur le tapis rouge, puis de monter sur la scène avant de ressortir du palais pour franchir la ligne d’arrivée.

J’en termine en 2h19mn à une moyenne horaire de 10,8km/h.

Je suis 132ème au scratch sur plus de 600 concurrents et 26ème V2 sur plus de 120.

Le vainqueur est Sylvain Camus en 1h43mn chez les hommes et Marion Joly Testault en 1h58mn chez les filles.

Je suis très satisfait de ma course, je n’ai eu aucun passage à vide et j’ai même pu relancer mon allure sur la fin du parcours.

Le décor était vraiment exceptionnel et a permis à beaucoup de concurrents de découvrir des aspects de Cannes qu’ils ne connaissaient pas.

L’organisation était au top avec un tee-shirt et un buff aux couleurs de l’épreuve et une médaille souvenir à l’arrivée.

Cerise sur le gâteau, nous avons eu la chance de voir et de faire une photo avec Stéphane Diagana après l’arrivée. Il participait à l’épreuve du 13km. Comme beaucoup de vrais champions, il est extrêmement accessible et sympathique.

Comme moi en fait, je n’ai jamais refusé de faire un selfie avec quelqu’un, ni de signer un autographe. D’un autre côté personne ne m’a jamais rien demandé !

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

9 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok