Un peu marre de ce temps mausade et besoin de soleil

Un peu marre de ce temps mausade et besoin de soleil

C'est donc sur un coup de tête que je commence mon 1er week end de vacances en Catalogne.

Après avoir couru le Marathon de Barcelone, de Tarragone, je m'étais fait la remarque qu'il y avait de belles forêts aux alentours et qu'il devait bien avoir un Trail dans ce coin-là. J'épluche donc les différents calendriers et trouve un Trail à Vallgorguina, situé dans le Parc naturel de Montnegre et du Corredor.

C'est vrai que cela fait quand même 10h de route, et que cela fait depuis plus de deux ans que je n'ai pas couru un Ultra de plus de 70 km.

Après, 94 km pour 3800m D+, c'est pas énorme non plus, au plus une belle ballade de 15 à 16h.

Arrivé sur place à minuit, trop tard pour déployer ma tente, je m'installe dans mon duvet sur la banquette arrière, sans même prendre le temps de manger. Le principal est d'essayer de dormir pour récupérer de la fatigue de la route. 

1h30 plus tard, je me réveille une première fois à cause de l'humidité et du froid qui commence à s'installer dans la voiture et qui me provoque quelques crampes.

A 4h, je me réveille pour aller retirer mon dossard, j'ai les orteils limite gelés, les pieds frigorifiés, il fait -5° dehors, va falloir s'habiller en conséquence.

Je prends 2 cafés et 2 pains au chocolats en guise de petit déjeuner, et reste le plus longtemps possible au chaud dans la voiture.

5h du matin, le départ est enfin donné, et comme j'ai joué les frileux au départ, je suis dans les 10 derniers.

Je n'ai aucune connaissance du genre de sentiers que je peux rencontrer et encore moins du profil de la course, ni même où se trouve les ravitaillements. Je suis juste venu m'amuser et chercher le soleil.

Le départ est un peu compliqué puisque cela monte d'entrée de jeu, et j'ai les pieds toujours un peu frigorifiés, mais je profite de mon léger avantage en millieu nocturne pour avancer et remonter quelques places.

Finalement, je ne m'attendais pas à de telles côtes, de longs faux plats de plusieurs kms et des descentes creusées d'ornières et ravinées par les orages des dernières semaines.

Impossible de reprendre un rythme correct dans les descentes, obligé de sauter de droite à gauche pour tenter de trouver la meilleure trajectoire.

1er ravitaillement vers le 11ème, j'aurais bien aimé un café pour me réveiller, on se contentera donc de coca. S'ensuit une descente un peu technique, puis dans un virage, je pars sur la gauche et après plus d'un 1 km, je me rends compte lors d'un croissement qu'il n'y a plus de balisage, obligé de remonter pour retrouver le bon chemin.

Depuis le 5ème km, je cours seul, ne trouvant personne qui soit proche de mon allure.

2ème ravitaillement vers le 28ème km, le jour s'est levé depuis peu, j'en profite donc pour ranger la frontale, mon sur-pantalon et ma veste. Dans quelques minutes, le soleil commencera enfin à chauffer.

Je repars donc seul sur les sentiers catalans, les jambes commencent à être lourdes. Je resens quelques débuts de crampes que je gère, puis c'est mon genou gauche qui commence à donner des signes de fatigue alors que l'on arrive vers la mi-course.

Les descentes deviennent de plus en plus délicates à gérer, et dans les côtes, je commence à sentir une petite douleur derrière la cuisse gauche.

3ème ravitaillement au 45ème km, je prends une salade de riz, avec du thon, de la sauce tomate, puis une deuxième assiette de riz avec des lentilles, et je repars pour un nouveau col en direction du 60ème km.

Au sommet du dit col, après une ascention de 6 km se terminant par un mur de 200m à plus de 18%, j'apperçois plusieurs crèches, il faudra alors que je rentre en France pour comprendre pourquoi. Nous sommes au sommet du Col de Montalt, qui est l'un des principaux lieux de production des sujets de chèches, il y a même le musée de la crèche à St-Vincent de Montalt.

Puis je redescends vers le ravitaillement du 60ème km qui marquera hélas mon arrêt.

Ma douleur dans la cuisse devient de plus en plus insupportable, et je dois me contraindre à abandonner, alors que j'étais remonté à la 80ème place.

Un parcours assez agréable mais plus compliqué que je ne l'avais imaginé, une organisation assez intimiste, des bénévoles au top...

On note cependant une différence entre les règlementations françaises et espagnoles. Le parcours est mieux balisé mais aucun bénévole aux grands changements de direction, personne lorsque l'on doit traverser des routes, obligé d'attendre que les feux passent au rouge pour traverser les routes en centre ville. Pas de secouristes sur le parcours, hormis au 45ème km à mi-parcours...

Retour en France, la douleur à la cuisse toujours présente, j'ai passé une échographie ce matin qui révèle une légère déchirure du demi tendineux.

Repos obligatoire pendant au moins les 2 prochaines semaines.

Bonne semaines les amis.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

7 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok