Marathon de La Rochelle : Meneur d'allure en 3h30

Marathon de La Rochelle : Meneur d'allure en 3h30

Samedi 3h00 du matin, le réveil sonne, il est temps de se lever car le train est à 4h30. Même si j'habite prés de la gare de Valenciennes, je préfère être prévoyant. Une fois le déjeuner terminé, il est temps de prendre le train.

Quelques heures plus tard, après 3 trains différents et une belle frayeur d'en rater un suite a unemauvaise information, me voilà arrivé à La Rochelle à 11h30.

Le timing est bon pour récupérer les clés de mon logement pris via Airbnb.

Une fois les clés en mains je reçois un message de Robbe pour savoir si j'étais bien arrivé. Je lui dit que j' allais au village marathon pour dans un 1er temps récupérer mon dossard et me restaurer et que j'y retournerais ensuite à 15h pour la présentation des meneurs d'allures.

15h, je retrouve quelques meneurs près du secrétariat avant que les « anciens » meneurs n'arrivent. Il faut savoir que cette équipe venu de Montpellier est présente en tant que meneurs d'allures depuis 12 ans. Ma présence, ainsi que celle des nouveaux, est dûe à la volonté de l'organisation de doubler les effectifs suite à deux départs différents.

Il est temps de se mettre en tenue afin de monter sur le podium, c'est là que je rencontre Robbe accompagné de sa femme et de son fils. Ce 1er échange est rapide car je dois faire face à mes obligations mais je les retrouve juste après devant le podium. C'est l'occasion pour Robbe de prendre des photos.

La présentation terminée, nous conversons sur la préparation, pas toujours évidente et les prétentions sur ce marathon. Robbe n'est pas en terre inconnue car il a réalisé sont 1er marathon à La Rochelle. Nous échangeons aussi sur notre « aisance » à réaliser une chronique sur Running Club (lol).

Quelques photos, puis nous nous dirigeons sur le stand d' "accessoires running" où se trouve Julien de «c'est bien d'être bien». Un peu déçu car il n'y avait de chocolat (mdr) mais nous avons eu un belle échange et une belle photo.

Il est temps pour moi de partir car j'ai une nouvelle présentation mais cette fois ci en plein centre ville. Avec un notre meneur, nous traversons la ville a pied et telle des vedettes avec nos « flammes » nous faisons l'objet de toutes les attentions.

Le chemins sera plus long que prévu car entre les différentes questions et les photos prennent du temps. Ces sollicitations me mettent la pression et je m'interroge sur mes capacités a réaliser correctement ma mission.

La présentation terminée, le retour a mon logement se passera dans le même esprit. Je suis content de répondre au runners mais au fond moi je m'interroge toujours. La flamme déposée,  je me pose quelques minutes car c'est une journée marathon et elle n'est pas terminé. Je repars au village Marathon ou je dois retrouver Gitounou.

J'en profites pour acheter un coffret « Baume du Tigre » afin de pouvoir relaxer mes cuisses qui sont assez dures. Après plusieurs recherches je rencontre Gitounou, il est affûté. Il ne se met pas de pression sur ce marathon mais il est bien préparé aussi bien physiquement qu'au niveau alimentaire. Il a moins l'occasion de passer sur le site suite à ces obligations professionnelles mais toujours une pensée pour les runners de Running Club.

Une nouvelle photo, où Gitounou a eu la gentillesse de se baisser car il est grand et c'est l'heure de nous quitter.

2h plus tard direction la Pasta Party, j’espérais rencontrer Bitume mais malheureusement ce ne fut pas le cas. Je suis pressé de manger pour aller me coucher car la journée n'a pas été de tout repos.

22h je suis rentré, il est temps pour moi de dormir, pour une fois je n'aurais pas besoin berceuse.

Dimanche 6h, il est temps de se lever, la pression de la veille ne m'a pas quittée. Je me prépare et appelle ma femme.

Elle m'encourage et me dit que tout va bien se passer.

8h10 je sort de mon logement et en un fragment je passe en mode « guerrier » c'est impressionnant. La confiance est là.

Il fait 2 degrés, c'est frais mais pas de vent. Je me dirige au départ en footing. Avec ma flamme. Je ne passe pas inaperçu et sert de point info pour beaucoup de Runners. En effet avec 2 départs, beaucoup sont perdus. Pour ma part je serais dans le départ 2, il concerne toutes les féminines ainsi que les hommes en master 2,3,4,

La stratégie avec mon homologue du 1er départ et de se situer au bord de notre Sas, de prendre le chrono des le coup de feu afin de se retrouver après 800m de course au moment du regroupement.

Je rejoins mon Sas avec 3 runners qui ont décidé de me suivre parmi tant d'autres.

C'est parti le marathon démarre il y a une bonne ambiance mais il est difficile d'avancer entre la masse de runners et la route pas assez étroite. J’aperçois mon homologue, mais il est loin, trop loin pour le rattraper sans risquer de modifier l'allure que je m’étais imposé. Je suis plutôt rassuré car une runner, Agnés(elle fait partie des 3 qui m'ont suivi dans le sas), m'indique que son chrono qui est quasiment synchro avec le mien,

Au bout de 2 km, nous pouvons courir plus confortablement, l'allure est bonne tout va bien. Je discute avec les runners et leurs indiquent le temps starter à chaque km. Je leur parle également de l'importance de chaque ravitaillement et les conseille fortement à les prendre.

Les km s’enchaînent j'ai le droit à toutes sortes de questions et on apprécie mon accessibilité car pour certains ce ne fut pas toujours le cas lors de leurs expériences passées. D'autres sont content de rejoindre le groupe ils sont parties du fond du Sas. J’essaie de me retourner pour apercevoir le monde derrière moi mais ce n'est pas évident, quelqu'un me dit ne vous inquiétez pas il y a vraiment beaucoup de monde derrière vous ! 

Le 1er semi est passé à environ 1h44, l'allure est régulière, l'ambiance est très bonne je suis aux anges tout se passe bien. Seul Bémol le chrono officiel qui montre un net décalage avec ma montre.

Je sais que la deuxième boucle sera un peu plus compliqué car la fatigue pour beaucoup va s'installer. J'invite tous les runners dans chaque « côtes » ou « faux plats » à bien tirer sur les bras pour se propulser et à se relâcher au moment de la descente.

Km 30 nous sommes toujours sur le même tempo, les encouragements motivent les troupes et chaque km passent nous rapprochent des huîtres. Je décompte les km de façon positive. Certains runners dont Agnès sont en difficultés je leur dit de ne pas se mettre dans le rouge dans les montées et profiter de la descente pour nous récupérer. Le message passe bien même si certains s'éloignent plus que d'autres.

Dernière difficultés au 37ème à gérer, je répète les consignes et les encourage car à ce moment du marathon, c'est le mental qui prend le relai.

Km40, un spectateur cri que j'ai 2min de retard sur le 3h30. Incompréhensible car au niveau de ma montre je suis dans les délai, mais cela m'intrigue.

Km41, nous passons sous l'arche du dernier km, ma montre indique bien un décalage avec le chrono officiel. Et si je m'étais trompé d'allure ?? Impossible de revenir en arrière.

J'accélère un peu pour pousser le groupe dans les derniers efforts, dans la grande ferveur du public et ralenti les 200 derniers mètres pour applaudir tous le monde.

Je passe la ligne en 3h29:06 à ma montre.

Je reste sur la ligne d'arrivée afin d'encourager les suivants dans les derniers mètres et de jeter leur dernière force. Beaucoup viennent me remercier de les avoirs emmener jusqu'au bout et d'avoir amélioré leur chrono. Je pense notamment a un runner qui à mis 5km pour me rattraper et ne m'a plus lâché car il avait fait le choix de courir sans montre et de ne se fier qu'au meneur d'allure.

Concernant Agnès une autre runner qui m'a suivi jusqu'au bout elle fini en 3h30:34 améliorant ainsi son chrono de plus de 6min 30sec. Elle était heureuse de ce résultat inattendu.

Concernant mon histoire de chrono, le 1er meneur d'allure m'a indiqué que les départs n'ont pas été synchro suite à un problème technique sur le 2eme départ.

Me voilà rassuré, je verrais plus tard que mon temps personnel sera de 3h28:52.

Ce fut vraiment une superbe expérience d'être meneur d'allure, j'ai eu beaucoup d'appréhension et au final se fut génial.

J'ai vraiment hâte de renouveler l'exercice, rien que pour partager la joie de tous ces runners sur la ligne d'arrivée.

J'espère être de nouveau présent pour l'édition 2018.

 

 

 

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

25 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok