Trail du Pays de Grasse - 4 juin 2017

Trail du Pays de Grasse - 4 juin 2017

Trail du Pays de Grasse, le 4 juin 2017 : c’est la quatrième manche du challenge Nature Trail 06 auquel je participe. 

Deux épreuves sont possibles, sans parler des courses pour les enfants :
- le trail de 17km, 775m D+
- le trail de 35km, 1500m D+

Le chronométrage de cette épreuve est assuré par le coach de notre Team et nous sommes donc venus en force. Une douzaine de membres se sont inscrits sur le 17km. Laurent et moi sur le 35 km.

Une partie de notre équipe.

C’est ma première participation à un trail supérieur à 25km. Inutile de vous dire que je la redoute un peu. Pour une fois, je vais essayer de partir prudemment et de garder des réserves pour les 10 derniers km. J’espère faire un temps autour des 4h30.

Nous sommes sur place à 7h, le départ est prévu à 8h. Le temps de discuter avec les copains et de s’échauffer un peu avant le départ.

Ci-dessus, le panorama de la zone de départ et la tente d'accueil des coureurs.

Le ciel est bleu et on constate que le soleil, même à cette heure matinale chauffe vraiment très fort. Il faudra vraiment être vigilant sur l’hydratation ! Après le traditionnel briefing dur directeur de course, le départ est donné aux quelques 150 concurrents du 35km. Il s’effectue du centre ville de Grasse mais après seulement 1 km dans la rue principale, il emprunte des escaliers puis gagne rapidement la pleine nature, dans un petit sentier sous les pins. Je laisse partir mon ami Laurent et reste comme prévu à une allure correcte mais néanmoins prudente compte-tenu de ce qui nous attend ! Ce début de course est en fait une montée continue de 13,6km jusqu’à arriver au point culminant du parcours à 1297m. Pour commencer, il est difficile de courir sur le sentier. Par contre, dès que j’atteins la piste un peu plus large et moins pentue, je mets en route « le petit lapin Duracell » comme à mon habitude. Ce qui me permet de doubler quelques personnes.

Ci-dessus, la petite portion plate avant d'entamer la dernière montée vers la "boule" que l'on aperçoit sur la plus haute montagne tout au fond de l'image.

Arrivé au premier ravitaillement, on me signale que je suis en 33ème position. Je suis vraiment super content, même si je sais que j’aurai du mal à conserver cette belle place. Je m’hydrate bien et profite du léger plat pour récupérer avant l’assaut au point culminant : le Haut-Montet qui est appelé « la boule » en raison de la sphère radar qui s’y trouve.

La dernière montée vers la boule.

Le panorama est de plus en plus grandiose et le parcours plutôt agréable jusqu’à 1km du sommet où une piste caillouteuse termine l’ascension. Je savoure quelques secondes la vue du sommet avant de me lancer dans la descente. J’ai mis 1h50mn pour faire ces 13,6km, je suis dans mon tableau de marche. La descente est agréable et plutôt aisée, même pour moi. J’ai l’impression de bien avancer, peu de coureurs me rattrapent dans cette partie. Au 19ème km, second ravitaillement, j’en suis à 2h20mn de course. J’avais prévu 2h30mn, je m’accorde donc 2mn de pause pour boire un coca frais au ravito et manger une barre à l’ombre car la chaleur devient de plus en plus forte. Il me reste 16km à faire en un peu plus de 2h, normalement c’est jouable car je pense que cette seconde partie est plus facile.

Eh bien…Pas vraiment. Elle commence par une montée, puis du parcours assez roulant dans un très long single très étroit. Ensuite, les ennuis commencent ! Encore de la montée, pas très raide mais longue et surtout complètement exposée au soleil qui devient vraiment écrasant. Le contenu de ma poche à eau est devenu aussi agréable à boire que du pipi de chat ! J’ai de plus en plus chaud et de moins en moins d’énergie. Je marche sur une grande partie de la montée pourtant pas raide du tout mais je ne peux pas faire plus, j’ai peur de faire un malaise tellement j’ai chaud. D’autres coureurs sont dans le même état que moi ou même pire. J’ai l’impression que la course se déroule au ralenti, que l’air est devenu épais et dur à traverser à chaque pas.

La présence d’un copain bénévole à la croisée d’un chemin, puis l’espérance du 3ème ravito me requinque un peu. Malheureusement, moi qui rêvait de me verser un grand verre d’eau sur la tête, lorsque j’arrive au ravito (une petite remorque perdue au milieu de la garrigue), le gars me donne un verre d’eau et pas plus car il a peur qu’il en manque pour les autres. Je comprends et me verse le fond du verre sur la cafetière avant de repartir.

La suite est un peu plus facile et roulante, ce qui me permet de courir de nouveau. Je perds un peu de vigilance sur un large sentier en descente bordé d’herbe et je réussis brillamment ma première chute en trail, un roulé boulé dans la terre ! Sans gravité, je me relève et repars satisfait de vérifier que tout fonctionne bien. Après une descente très verticale et technique, une large piste donne l’espoir d’un moment de vitesse mais c’est pour 1km seulement car on doit escalader un raidillon pas très long, certes, mais dans lequel je marche en poussant sur mes bâtons, à la vitesse d’un grand-père avec son déambulateur ! Enfin la délivrance et la dernière partie en descente jusqu’à l’arrivée. J’essaye de donner toutes les forces qui me restent (mais il y en a peu en réserve !) pour faire une bonne descente.

La dernière partie est technique et pas agréable, alternant piste, route, sentier pour retourner au centre de Grasse et enfin la dernière descente sur du bitume avec l’arche d’arrivée en point de mire. Je vois toutes les personnes de notre Team qui ont attendu les arrivées du 35km et qui me font une haie d’arrivée et m’encouragent à fond ! Ca fait vraiment chaud au cœur après une épreuve comme celle là, où j’ai vraiment souffert sur la fin, de voir toute l’équipe réunie ! Merci les filles et les gars ! C’est en partie pour des moments comme celui-là que l’on fait du sport !

Le verdict du chronomètre : 4h41mn. Je ne suis pas trop loin du temps espéré et j’arrive, bien fatigué, certes, mais sans aucun pépin physique. Par pudeur pour les âmes sensibles, je ne publierai aucune photo de moi après l'arrivée !!! 

Pour la petite histoire, je termine 43ème au général et 6ème de ma catégorie Master2. Je suis vraiment très satisfait de cette course, surtout de l’avoir terminée, et j’affirme à mes amis que je ne la referai plus ! Mais que vaut la promesse d’un coureur juste à la fin d’une course… wink

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

8 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok