Foulées du Populaire - 5 km de bonheur

Foulées du Populaire - 5 km de bonheur

Le jour où le directeur de l'établissement où va ma fille m'a proposé de faire les foulées du Populaire avec elle sur une joëlette, je suis passé d'abord par une certaine frustration car j'étais à la veille de ma première séance de kiné et l'état de mon genou me faisait déclarer forfait une seconde fois pour cette expérience pour ma fille... puis par l'espoir car nous étions à 5 semaines de l'échéance, il restait donc une petite chance.

Je lui donne mon accord de principe en lui exposant ma situation et en lui disant que la météo serait également un critère très important pour Marion. Car l'an dernier, c'est le froid et la pluie qui nous avaient accompagnés une bonne partie de la matinée.

Je commence donc ma convalescence en fonction de cet objectif. Rendez-vous chez le médecin où j'ai dû faire preuve de beaucoup de diplomatie pour obtenir mon certificat médical tout en lui précisant que, de toute façon, je ne ferai pas n'importe quoi. D'autant que d'un commun accord, nous avions décidé de faire le 5 km.

Nous convenons avec le directeur de faire un test grandeur nature sur les bords de Vienne le lundi avant la course. C'est une première pour Marion et moi-même… et le bilan est plus que positif. Elle a adoré et, en plus, le soleil était présent et promettait de remettre ça dimanche.

Rendez-vous est pris dimanche pour le 5 km.

Tout le reste de la semaine, j'en parlais avec Marion et elle avait à chaque fois la banane.

Nous voilà donc le jour J, levé aux aurores pour un dimanche matin et… surprise, la petite Miss, toujours difficile à sortir du lit, est prête à se lever en même temps que nous.

Cela permet de nous préparer tranquillement et la petite troupe se met en route.

Le rendez-vous, à Limoges, est au Champ de Juillet qui porte bien son nom aujourd'hui avec cette belle météo même s'il fait un peu frais à l'ombre. Il nous faut tout de même faire quelques détours car il y a les Puces dans le quartier de la cathédrale et les rues sont déjà fermées. C'est pourquoi, le parcours a changé cette année.

Nous retrouvons le directeur, nos deux acolytes et la joëlette comme prévu. Le temps d'épingler les dossards, de se mettre en tenue et de faire une petite photo souvenir de la team (avec de gauche à droite, votre serviteur, Sébastien, Grégory, Céline et, bien installée avec ses doudous, Marion), il est l'heure de rejoindre le départ. Cela nous servira d'échauffement.

Team Joelette

Nous partons en fin de peloton sur un petit rythme, nous sommes en légère descente et on ne veut pas se griller d'entrée. De toute façon, nous devons dépasser quelques coureurs qui n'ont pas le même rythme que nous.

Nous savons que la première partie de la course est la plus compliquée car après la descente du départ, ce ne sera que faux-plats et petites côtes jusqu'au 2ème km. Le reste du parcours est plus facile à gérer même s'il y a beaucoup de changement de direction. Mais les relances se font plutôt bien. Après les 2 premiers km aux alentours de 6'25/km de moyenne, nous passons à un rythme 5'35-5'40/km que nous garderons jusqu'à l'arrivée.

Marion joelette

Les éclats de rire de Marion sur le parcours nous amènent un élan de sympathie supplémentaire et nous profitons bien souvent de leur distraction pour leur passer devant.

popu joelette 1

popu joelette 1b

popu joelette 2

Dans le dernier kilomètre, Céline montre quelques signes de faiblesse suite à une douleur à la hanche qui ne passe pas. Elle nous dit de continuer sans elle. Comme nous sommes près de l'arrivée, nous accélérons un peu pour nous rapprocher de la marque des 30 minutes. Un dernier sprint dans la ligne droite d'arrivée sous les acclamations du public, nous franchissons le portique d'arrivée  et attendons Céline qui arrive une quarantaine de secondes plus tard. Le chrono officiel est de 30'23 (Marion sera classée 206ème/322 arrivants), nous sommes un tout petit peu déçu de ne pas être passés sous les 30 minutes, mais au regard de l'objectif de départ qui était de 35 minutes, nous ne pouvons qu'être satisfaits de notre performance.

Nous filons nous changer et réinstaller Marion dans son fauteuil, puis nous allons au ravito pour une collation bien méritée. Ce fut une belle course avec une météo superbe et au final un très joli chrono. Sans oublier bien sûr la joie de Marion qui nous a sûrement donnée ce supplément d'âme et fait oublier les douleurs.

popu debriefing

En effet, j'en ai quasiment oublié mon genou qui m'a laissé tranquille… même s'il me taquinera un peu plus tard (mais cela est une autre histoire…).

Avant de rentrer, nous assistons au départ du 10 km et à la victoire facile de Clément Anglada en 33'00 tout rond et je me fais la réflexion qu'il ne nous aurait pas mis un tour si nous avions opté pour le 10 km.

Je ne peux pas finir cette chronique (qui j'espère n'est pas longue pour vous) sans évoquer la maman de Marion. Elle a beaucoup stressé à l'évocation de ce projet, un peu moins lors du test en bord de Vienne, et a été plus qu'enchantée du déroulement de la course… et, du coup, est partante pour une nouvelle expérience.

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout et je vous mets un lien pour plus d'images.

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

11 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok