La Virada de Falicoun - Trail 17km - 16/05/2016

La Virada de Falicoun - Trail 17km - 16/05/2016

Le lundi 16 mai, j’ai participé à un trail de 17 km sous forme d’une boucle, avec un dénivelé de 700 mètres, départ et arrivée au village de Falicon sur les collines aux dessus de Nice.

C’est la première fois que je participe à cette épreuve, sur les conseils d’un ami.

Le village est super mignon, perché en haut d’une colline avec vue sur toute la Baie des Anges au loin et l’arrière pays niçois.

Le temps est très beau, juste la bonne température pour courir, autour de 15°.

Voici un aperçu des collines qui seront notre terrain de jeu !

Au loin le mont Chauve que nous allons contourner.

Les joélettes sont lâchées une dizaine de minutes avant les trailers. Il y aura également des marcheurs qui s’élanceront cinq minutes après.

Le début de course est une grande descente sur la route du village où les premiers déboulent à fond, je suis derrière le groupe de tête à plus de 14 km/h.

On entre ensuite dans les sentiers et le vrai terrain de « jeu » !

D’abord de la descente puis du plat et du faux plat et enfin dès le deuxième kilomètre, la montée qui commence. A ce moment là, je constate que je ne suis pas dans un bon jour. D’abord j’ai cru que je ne m’étais pas assez échauffé avant le départ, mais je m’aperçois, en fait, que mes jambes sont dures, et que le souffle est court. Je me contente de suivre et de rester dans les traces d’un petit groupe qui me conduit sans que j’aie trop à réfléchir.

Comme d'habitude, j'essaye de porter les couleur Running Club.

J’essaye de récupérer un peu de souffle et de détendre mes muscles mais pour l’instant je souffre !

Au cinquième kilomètre, premier ravitaillement, normalement je suis en autonomie mais je m’arrête malgré tout pour m’arroser la tête et boire de l’eau fraiche et un peu de coca pour booster un peu le moteur !

La méthode semble porter ses fruits, dans la longue montée très technique, rochers, cailloux, buissons d’épineux…, je prends mon rythme de « petit lapin Duracell » et je décide de ne plus ralentir ni m’arrêter avant le sommet. J’y parviens et je retrouve de la bonne énergie pour attaquer la descente très technique aussi avec, pour poser les pieds, soit des cailloux qui roulent, soit de la terre qui glisse, soit des rochers. Je suis un peu crispé et concentré mais j’en vois le bout. Arrive alors une partie plus facile et agréable, en partie ombragée, sur une large piste roulante et vallonnée qui nous emmène à la dernière difficulté (enfin je croyais). C’est un petit chemin très raide dans la garrigue qui achève de me détruire les cuisses mais je ne suis pas le seul car je ne vois personne faire le malin dans ce type de chemin !

Enfin c’est la descente et le retour vers le village de Falicon. Je l’aperçois mais il me semble encore très loin dans le paysage (à ma montre il reste seulement 2 km à faire) et surtout il faut emprunter une route goudronnée en descente très raide. Finalement mes cuisses n’étaient pas complètement détruites mais elles dégustent !

Enfin c’est l’arrivée au pied du village. L’accès à l’arrivée s’effectue par un escalier aux longues marches que je fais en marchant comme les autres concurents. Puis, il reste 200m en montée pour atteindre la ligne.

Les jambes de mes compagnons de routes sont encore plus atteintes que les miennes car je les double tous pour franchir la ligne, dans un grand état de d’épuisement !

Le ravitaillement est le bienvenu, je bois, je bois et je bois !

A ma montre GPS, le parcours faisait 17,8km (800m de plus que prévu ! On n’est pas volé ici, je reviendrais !), je l’ai bouclé en 2h02mn à une moyenne de 8,7 km/h.

Ma place est 116ieme au général sur 330 participants et 14ieme M2.

Le premier homme gagne en 1h25mn, la première femme en 1h47mn et le premier M2 en 1h43mn.

Je suis un peu déçu de ma performance, enfin plutôt déçu d’avoir autant souffert et donc d’avoir moins pris de plaisir pendant la course.

Apparemment, les effets bénéfiques du stage de thalasso se sont déjà dissipés !

Les sensations le lendemain le confirment, je suis cassé, j'ai mal partout, aux jambes, c'est normal, mais aussi au dos et même aux bras !

Par contre le parcours est très beau, avec des vues sur la mer et l’arrière pays vraiment magnifiques. L’organisation était également impeccable avec plein de bénévoles très sympas placés sur tous le parcours donc pas d’erreur possible.

Voilà donc une épreuve à refaire dans de meilleures dispositions !

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

17 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

       
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok