Trail Nocturne du Grand Brassac 2016 : 1er vrai test !

Trail Nocturne du Grand Brassac 2016 : 1er vrai test !

Samedi 6 février, c’était nuit de test pour moi au coeur de ma Dordogne natale au Grand Brassac ! Il s’y tenait la dernière édition du Trail « Grand-Brassac Hivernal » qui propose depuis quelques années plusieurs formats : 24h solo, 24h par équipe, 2 fois 23 km, ou le trail nocturne de 23km.  J’étais donc engagé (en dernière minute) sur le Trail nocturne qui annonçait 23km pour 830m de D+. Pas vraiment plat donc !

J’arrive le samedi sur place vers 19h30, 1h avant le départ. Aucun souci pour retirer mon dossard en tant que retardataire, les bénévoles sont au top et on a même le luxe de recevoir un buff Grand Brassac 2016 qui va devenir collector vu qu’il s’agit de la dernière année...

Mise en tenue « légère » pour une nuit de février car je vais courir en short / t-shirt (avec une couche technique en dessous quand même) : il fait encore 12°C à 20h... ! Je vais profiter de cette sortie pour tester de l’alimentation (1 gel d’embarqué et 2 barres) mais surtout mon sac Trail Quechua (le petit modèle qui embarque quand même une poche de 2l). A noter que je porte aussi les manchons Compressport testés pour la 1ère sur la Ronde de l’Estuaire.

L’ambiance d’avant départ sur la ligne est juste géniale. Discours émouvants des organisateurs sur un des derniers départs qu’ils donneront ici et véritable ambiance UTMB ! Musique ultra motivante, faux canon à neige, tout le monde qui tape dans les mains et long décompte avant le départ ! Vraiment top ! Et puis avec toutes ses frontales qui brillent j’ai l’impression de partir pour un truc de dingue, un Ultra télévisé quoi ! (Bon on va peut-être se calmer et attendre un peu pour l’Ultra et la télé !)

Ce moment m’a vraiment fait penser à la Team Esprit Running qui avait bravé les 24h du Grand Brassac en 2013 et dont JD m’avait tant parlé ! Je crois qu’il y avait Olive, Bouba, Talimbie, Jeannot, Eddy et JD si je ne me trompe pas ! Et quand je mixe dans ma tête cet esprit d’équipe, l’ambiance du départ et l’organisation qui semble millimétrée, ça donne envie !

Revenons à mes moutons ! Mes objectifs sont plutôt simples sur cette course : me tester sur une sortie longue où ça monte et où le bitume n’a pas encore été inventé... Et surtout, je veux vraiment marcher très régulièrement dès que ça monte pour tester cette alternance marche/course qui sera déterminante sur le Trail Marathon du mois prochain...

Le départ est donné et je m’élance en laissant devant moi les 2/3 des 238 frontales : je veux à tout prix éviter de m’enflammer sur les 1ers kilomètres et rester au chaud, bloqué derrière du monde ! (J’me connais, et ce départ à l’UTMB m’a fait pousser des ailes avec crampons donc je vais me forcer à rester un peu en cage !) :)

(Désolé pour les photos qui suivent mais je n'en ai pas trouvé de nuit !)

Comme prévu ça part tranquillement et ça marche dans les 1ères montées. Par contre peu de ralentissements et d’arrêt car les chemins sont assez larges.  Au milieu de la 1ère descente qui longe un immense pré bordé d’une forêt, je fais un tour sur moi même et c’est vraiment génial de voir toutes ces petites lumières qui brillent devant et derrière ! Je sais déjà que la course va me plaire ! :)

J’applique donc à la lettre mes consignes : je marche dès que ça monte mais je lâche les jambes dans les descentes et je cours « aux bonnes sensations en restant dans le vert » quand c’est plat. Finalement ce rythme me permet de remonter régulièrement des coureurs : doucement mais sûrement ! (Je vous avoue que j’aime bien me caler dans un groupe quand ça monte ou quand c’est plat, puis après m’envoler quand ça descend pour n’avoir que ma frontale et moi dans la nuit noire périgourdine !)

Pas mal de montées techniques où une corde est vraiment obligatoire (que ce soit en montée ou en descente) et pourtant il ne pleut pas... Du coup je reste quand même vigilant, surtout que ma cheville est un peu partie dans une descente au km 6... Un peu tôt pour arrêter le test !

Bref, j’essaie de garder le bon équilibre entre prudence et éclate totale en descente ! (J’aime vraiment ça et surtout à la frontale je crois : l’impression d’être un loup en chasse !)

Si je ne me trompe pas, on arrive vers le km 10 à un moulin pour un passage un peu particulier ! On traverse le moulin où des gens sont en train de faire du pain (odeur ultra motivante !) puis on passe sur une passerelle (où je tombe sans gravité avant d’y monter !) pour ensuite passer sous un pont en rampant sur 15m ! Puis c’est quasiment de l’escalade en s’accrochant à une corde pour monter, descendre, monter, grimper sur une échelle, redescendre durant quelques minutes ! (C’est tellement vertical et boueux, que sans corde c’est même pas la peine d’essayer de monter... !)

Je continue ma petite remontée, et vers le km 17 cette fois, on passe dans une ruine de château pour enchainer sur un filet à traverser ! Vraiment top ces petits obstacles !

A ce moment de la course, il reste donc 6 km, il se met à pleuvoir, et je décide de continuer toujours sur ce rythme « marche quand ça monte et on se lâche dans les descentes ». Finalement je rattrape différents groupes et me sentant bien je les passe. (Encore une fois j’aime me retrouver seul avec ma frontale !)

Arrive un enchainement de 3 belles montées, à partir du km 21 et je commence à sentir un peu les jambes. Du coup je ralentis le rythme de marche, et je fais bien car un petit début de crampe arrive au mollet gauche à un moment où mon appui glisse (ben alors manchon Compressport ?! Ahah !).  A ce moment, je fais le yoyo avec 2 autres coureurs : ils me doublent quand ça monte car ils courent toujours, et je reviens sur eux quand ça descend.

On voit finalement les lumières de Grand Brassac et je les passe dans la dernière descente où je peux toujours lâcher les jambes ! Je franchis la ligne en 2h50’25, le sourire aux lèvres, mais surpris de voir que je suis 55ème au scratch. Je pensais pas du tout arriver dans les 100 et encore moins avoir remonté autant de monde... J’aurais dû compter !

En conclusion, un test concluant (même si je n’ai rien pu avaler pendant la course et il va falloir que ça change),  que ce soit du côté du matériel/nutrition (RAS sur la tenue & je buvais de l’eau + de la boisson Isostar Hydrate & Perform), de la gestion de course (même s’il fallait pas 3 km de plus !), et des sensations.

Prochain gros RDV dans 1 mois tout rond avec ce Trail Marathon des Forts du Périgord ! :)

P.S. Je me rends compte que j’ai été vachement bavard, PARDON et bravo aux courageux qui sont allés au bout !

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

22 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité

          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok