Castle Triathlon de Chantilly : Die Hard

Castle Triathlon de Chantilly : Die Hard

Une idée comme ça, m’était venue en lisant un article d’Occitan sur le triathlon de Chantilly, et pourquoi pas…  Et voilà comment on s'est lancé un défi et qu'on se retrouve inscrits pour le Condé : 800 m de natation, 40 km de vélo pour finir par 8 km de course à pied.

Me voilà donc inscrit à ce défi à peine après avoir relevé le défi du marathon en Avril.

Les 15 derniers jours avant la compétition furent assez stressant... En effet, pas de mail de l’organisation comme annoncé. J’avais comme justificatif que l’imprimé de la transaction bancaire.

Un email, un mot sur Facebook, nous sommes en retard ça va arriver. Mais finalement, rien.

Coup d’œil sur le site il y a le guide du compétiteur et la température de l’eau : 16°. Je commence à regretter de n’avoir qu’une combinaison courte pour la compétition.

Mes temps de références ne sont pas brillants :

23 min pour la natation

110 min pour le vélo

Tout en espérant faire du 10 km/heure pour la CAP pour finir.

Jour J :

Lever 5h00 après une nuit assez agitée, je m'étais certainement trop hydraté la veille. Je passe ma nuit à me lever pour aller aux toilettes. J’arrive sur le site vers 7H00, soit deux heures avant l’heure du départ et 1 heure avant l’heure recommandée, toujours cette sainte horreur d’arriver en retard.

L’ambiance est bonne, je discute avec un triathlète qui en a déjà fait cinq ainsi qu’avec un qui est comme moi, à son premier triathon. Conseil que j’avais déjà eu sur E.R. : partir en arrière pour la natation.

L’organisation est plus britannique que française.

Un vélo pas forcément fait pour ce type d’épreuve quand je regarde le vélo des autres compétiteurs, l'un d'eux me dira qu'il a eut le sien à moitié prix à 2 500 € !

8h00 : je suis rejoint par le duo de choc Tristan et Occitan. Tristan est là pour couvrir l’évènement coté photos, puisqu’il doit toujours se remettre de son genou.

Bien sûr on se vanne un peu sur le défi et sur la température de l’eau, et Tristan n’est pas le dernier pour en rajouter.

8h30 : on rentre les vélos et l’équipement dans la zone de transition, on se met en tenue. J’envie Occitan qui a une combinaison complète et on pose pour la photo.

8h35 : il est temps de rejoindre la zone de départ et de briefing, j'en oublie même d'enlever mon tee shirt (merci à Tristan) :

8h45 : briefing Français/Anglais. Pas mal de personnes pour qui c’est le premier triathlon.

8h55 : moment fatidique : on se jette à l’eau. Finalement le différentiel de température est bien supporté, je n’ai pas trop froid, j’arrive à mettre la tête sous l’eau rapidement. Drôle de sensation avec la vase au sol.

9h00 : départ un peu surpris, même si je l’attendais c’est parti. Départ à ma cadence habituelle, je ne mets pas en danger, la brasse est pas toujours facile entre les nageurs pas de possibilité de faire son mouvement complet. Mais, petit à petit, je me trouve de plus en plus seul.

Je sors du bassin en 23’’48’ pas loin de mon temps de référence. J’ai semble-t-il pas l’air bien puisqu’un bénévole me demande si tout va bien ou alors c'est parce que je marche, mais les pavé sous le tapis me font peur pour mon pied.

J’entame ma première transition, ils ne nous ont rien épargné puisqu’on doit monter des escaliers... J’arrive à mon vélo et à mon sac.  Le stress, la mauvaise préparation, je ne trouve plus mes chaussettes. J’oublie mes gants de vélo… Je passe cette transition sous les yeux et l'objectif de Tristan en 7:31 minutes, la vache que de temps perdu...

Enfin je suis sur le vélo, les jambes sont lourdes, mais je gagne mon allure 20km/h malgré un dérailleur qui fait des siennes, impossible de passer sur le grand braquet. Le parcours est vallonné mais rien de terrible, je me sens bien. Le moral travaille à plein, je ne rattrape personne, c’est un véritable coup de bambou,  je me rends compte rapidement que je vais faire la course en dernier tout le long. Je m’accroche.

Kilomètre 10, dans une longue ligne droite, vent de face, j’ai un début de crampe à la jambe gauche. Obligé de ne plus pédaler, je tends au maximum la jambe, je bois. Une moto arbitre se met à mon niveau, me demande si tout va bien, j’arrive à repartir, la crampe va mieux. Je leur dis que c’est ok.

Moitié de parcours : Second coup de bambou, j’ai vu le km 41, 42, 43 et 44 km. Cela veut dire que j’ai 4 km de plus à faire. Un coup d’œil à la montre qui me confirme l’affaire. C’est dur mais je garde la cadence, fin de la première boucle, j’ai une furieuse envie de m’arrêter là. Mais je continue, pas là pour rigoler.  Il y a pourtant ceux qui finissent leur parcours qui me double, Troisième coup de bambou.

A partir de là,  je suis vraiment dans le dur, je garde pourtant l’allure moyenne sauf dans les montées où je mouline.  

Je passe mon temps à me faire doubler par ceux du Condé et du Sprint qui ont des allures phénoménales pour moi.

Les bénévoles n’ont pas cessé de m’encourager. Franchement, je peux leur dire merci.

A partir du kilomètre 30, quatrième coup de bambou, je suis suivi par l’ambulance, elle ferme la route.

Km 40 : Je suis à 1h53’’30 pas loin de mon temps de référence. Mais il me reste 4 km à faire…

Voilà le kilomètre 44 km qui s’affiche, j’ai le jus pour accélérer un peu après avoir bifurqué et me diriger vers la zone de transition.

Je pose pied et me dirige vers mes affaires. La transition devrait être rapide, je n’ai que ma bouteille de Powerade à prendre.

Et là, je me trompe de chemin, je reprends l’arrivée des vélos. Je me fais arrêter par un arbitre anglais qui m‘explique que je dois prendre l’autre sortie. Je vais passer pour passer par-dessus la barrière pour éviter de faire tout le chemin inverse. Un arbitre français m’arrête et m'empêche de passer, je lui explique la situation et il répond : « Ah, je sais pas, faut faire le tour », Merci à l’arbitre anglais qui vient lui expliquer la situation et me laisse passer au-dessus de la barrière : Transition 4:45 min.

Je pars en course à pied, laa première partie me fait un peu peur. C’est de l’herbe. Mon pied est encore fragile. Du coup j’aborde ce premier kilomètre assez lentement au bout du kilomètre 1, l’herbe se transforme en chemin stabilisé j’en profite pour accélérer et prendre mon allure entre 5’’30 et 5 ‘’40. Toujours pas de concurrent à doubler, je suis vraiment le dernier… Nouveau passage sur l’herbe ou je glisse, Aie mon pied droit se rappelle à moi. Ca pique, je ralentis mais je continue.

Fin du premier tour, on me demande de bien montrer mon dossard pour m’indiquer qu’il me faut faire encore un tour. Ce que je sais : plus envie d’abandonner.

Je passe les escaliers encouragé par une ravissante bénévole, à qui je réponds qu’il ne nous épargne rien même des escaliers…. Elle rigole et m’encourage de plus belle.

Petite montée et là je vois Occitan mais aussi Reno qui a fait 40 km à vélo pour nous encourager, super sympa. Il monte un peu avec moi en me prodiguant des mots de réconfort. C'est lui de dos sur la photo, il n'a pas échappé à l'oeil de lynx du reporter photo :

Voilà de nouveau le passage sur l’herbe, je fais encore plus attention.  Retour au passage stabilisé, je double 3 ou 4 coureurs sur ce dernier tour mais je pense qu’ils sont sur d’autres courses. Je verrai Reno à deux autres endroits pour entendre ses encouragements, franchement j’ai très apprécié.

Avant dernier tournant, l’arrivée est en vue, j’entends le speaker qui m’interpelle. Je suis donc vraiment le dernier. Je lui fait signe que je l’entends.  Dernier tournant filmé à la Go Pro par l’organisation, plein de monde pour m’encourager j’entends par-dessus la foule les encouragements d’Occitan, le speaker me demande si je peux accélérer, je lui réponds par les gestes j’accélère pour enfin finir. Mort de chez MORT.

Interviewé par le speaker qui veut m’entendre dire qu’il n’y a personne derrière moi ce que je lui confirme.

Puis discussion avec Tristan et Occitan, ce dernier s’est éclaté et parle déjà de son prochain quand surprise le speaker annonce qu’on ne peut pas compter sur moi, il y a encore un concurrent, je ne suis pas le dernier.

Discussion avec un bénévole à qui je dis que c’est mon premier et mon dernier tout en lui annonçant que je disais la même chose de mon premier marathon.

Un peu déçu par le ravito de fin (j'ai pas regardé ceux sur le chemin car j'avais ce qu'il fallait sur moi) où il n'y avait quasiment rien.

Direction les imprimantes pour éditer ma fiche de course (que j’ai perdu :(  ) – 3h39’’ . Finalement pas si loin des 3h30 que je voulais voir mieux si la distance vélo avait été respectée.

Marathonien et Triathlète la même année, c’est pas si mal pour quelqu'un qui n’a repris le sport qu’en 2011.

Retour à la voiture où Tristan et Occitan me donnent un carton plein de tee-shirts qui serviront de lots à une course organisée par le père d’une collègue. Je vous en reparlerai de la course bien sûr pas de la collègue….

Les enseignements de ce triathlon sont clairs : on ne prépare pas un triathlon en dilletante, il faut un vrai entrainement. Ce n’est pas 6 sorties à vélo, et une dizaine de visites à la piscine qui préparent réellement. Cela permet tout juste de survivre.

Encore une fois à un grand merci pour les encouragements d’Occitan, de Tristan et la visite de Reno que je ne m’attendais pas à voir, à l’esprit E.R. quand tu nous tiens….

Alors maintenant, qu'est ce que je vais faire, je jette l'éponge ou pas ? J'ai plutot envie de relever le défi.  Comme le dit le proverbe "A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire". Il me reste donc un an pour améliorer ma natation et mon vélo pour revenir à Chantilly avec de meilleures chances... L'entrainement commence même samedi prochain avec piscine, et j'irai à vélo bien sêr... Et pourquoi pas sur la partie olympique... J'ai même regardé des triathlons d'entrainement (plus cours) à Versailles en mai, à Saint-Quentin en Juin... A suivre donc...

Si je compare au marathon, la fatigue est plus forte mais le corps réagit mieux. Je m'en remets beaucoup mieux.

Résumé de la performance :

 

Athlete

Swim

00:23:48

T1

00:07:31

Cycle

02:13:50

T2

00:04:45

Run

00:49:41

 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

56 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité


          
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok