Le manque de fer chez les sportifs (1/2)

Le manque de fer chez les sportifs (1/2)

Beaucoup de femmes sont carencées en fer quand on fait des enquêtes alimentaires, surtout parmi les adeptes de la course à pied. Le fer est vital pour notre organisme. Il est présent dans le sang, c'est lui qui constitue le noyau central de la molécule d'hémoglobine, protéine essentielle des globules rouges. C'est l'hémoglobine qui véhicule l'oxygène de nos poumons à nos tissus, à nos muscles. Si nous en sommes privés, nous perdons toutes nos forces. La carence en fer est un des troubles les plus répandus : elle concerne 10 à 20% de la population mondiale. Si elle touche surtout les pays pauvres (où c'est la première cause d'anémie), nos pays ne sont pas exempts.

Ce phénomène peut sembler paradoxal étant donné l'opulence de notre alimentation. En règle générale, les apports doivent compenser les pertes, c'est ce que l'on appelle la balance en fer. Quand la balance est négative, les réserves diminuent ; quand elles sont épuisées, on assiste à une altération de la synthèse de l'hémoglobine et à une diminution des enzymes riches en fer.
Le fer est indispensable à la vie bien qu'il soit présent dans l'organisme en quantité très faible : le corps d'un adulte renferme environ 4 g de fer soit 0,005 % de son poids en moyenne dont :
- 2 300 mg dans les globules rouges,
- 1 000 mg dans les réserves (moelle osseuse et foie),
- 500 mg dans les tissus.

Selon le sexe, les besoins seront différents. L'originalité du fer, c'est qu'il fonctionne en circuit fermé. Le fer qui a pénétré dans l'organisme y reste. Au fur et à mesure que les globules rouges sont détruits, le fer qu'ils contiennent est en majeure partie récupéré. Il est stocké dans le foie, la rate et la moelle osseuse.

Pour connaître les réserves en fer de l'organisme, on dose la férritine sérique avec du sang capillaire ; un dosage d'hémoglobine donnant un résultat inférieur à la normale (13-16 g) est le stade le plus important du manque de fer. L'anémie est responsable d'une pâleur, d'une fatigue, d'un essoufflement : devant toute fatigue inexpliquée, il faut rechercher chez le sportif et encore plus chez la femme sportive, une anémie par la numération des globules rouges et un épuisement des réserves en fer. L'abaissement de ces réserves est le tout premier signe d'une carence martiale. Une enquête sur des femmes travaillant en région parisienne et en âge de procréer, a montré que 22 % d'entre elles n'avaient pas de réserves en fer !

Une enquête menée dans six maternités de la région parisienne indique que quatre femmes sur cinq sont carencées dès le sixième mois de grossesse. De même, cette carence touche un enfant de dix mois sur deux, un enfant de deux ans sur trois, et un enfant de quatre ans sur cinq. On retrouve des chiffres équivalents dans d'autres pays industrialisés (Suède, U.S.A., Canada)

Pourquoi une telle carence ?

Parce qu'il existe une insuffisance des apports ! La femme sportive doit être particulièrement vigilante. L'évolution des conditions de vie, fait qu'on assiste à une diminution des dépenses énergétiques d'où une diminution des apports énergétiques et une réduction des apports totaux en fer. Il est difficile avec 2 000 Kcal d'avoir un apport de 18 mg de fer par jour.

En ayant une activité physique plus intense, la ration alimentaire doit être augmentée et les apports en fer de ce fait, accrus. Actuellement, il est de plus en plus question d'enrichir l'alimentation en fer.

L'anémie des coureurs à pied est connue. On l'attribue au choc plantaire répétitif, cause d'une petite hémolyse, réduisant le capital en hématies. Cependant, cette anémie serait attribuée aujourd'hui à une anomalie de la transferrine et ce problème n'est toujours pas élucidé.

Les besoins en fer (en mg/100g) (apports conseillés pour la population française)

Nourrissons (3 à 12 mois) 6 à 10 mg/j
Enfants (1 à 12 ans) 7 à 10
Adolescents 13 à 16
Hommes adultes 9
Femmes en âge de procréer 16 à 18
Femmes ménopausées 9
Femmes enceintes 25 à 35
Femmes allaitantes 10

Source : ANC C.N.E.R.N.A. 2001 (Editions Tec & Doc).

Dans un prochain article, nous évoquerons les pertes et les apports de fer, ainsi qu'une liste d'aliments riches en fer

Crédit photo


Jean-Paul BlancJean-Paul Blanc
Diététicien Nutritionniste
Neuilly sur Seine
www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Nutrition

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

21 commentaires

Questions & Réponses Nutrition

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok