Direction Toulouse : dernière ligne droite

Direction Toulouse : dernière ligne droite

SEMAINE 12 :

 

EPISODE 78 : lundi 17 octobre 2016

C'est l'anniversaire d'Eric, et il est parti aux aurores pour travailler, donc vélo devant la télé pour me réveiller. Puis préparatif d'un repas un peu festif mais surtout sportif pour ce soir. Journée efficace au boulot. Je pense que je cherche à m'occuper au maximum pour ne pas trop penser à l'échéance qui approche. Tant mieux pour la justice française ! Finalement à force de bosser, de bosser, les heures passent. Il s'avère bientôt trop tard pour sporter, si je veux pouvoir profiter un peu de mon homme avant qu'il ne reparte travailler. J'opte pour une solution intermédiaire : je rentre à la maison pour dîner tôt avec mon cher et tendre, et ensuite j'enfourche une nouvelle fois mon vélo d'appartement pour la seconde « sortie » du jour. Voilà, comme toujours, avec un peu d'organisation je parviens à concilier vie de famille, boulot et entraînement.

EPISODE 79 : mardi 18 octobre 2016

Journée d'audience, donc collée au siège et à l'ordinateur durant de longues heures. La chance ne manquant décidément pas de me sourire, mes deux derniers convoqués choisissent de ne pas se présenter face aux foudres de la justice, et j'ai donc droit à une libération en temps et heure pour mon dernier passage au stade.

L'échauffement se fera en compagnie de mon cycliste préféré, Mu n'ayant pas encore repris l'entraînement après son 100 bornes. Pour la suite j'ai l'agréable surprise de voir Olivia me proposer de faire mes 300 mètres avec elle. Elle en a 20, et moi seulement 10 à courir. « Oh ben oui quelle bonne idée, c'est plus rigolo à plusieurs ! ». Le seul hic c'est qu'elle s'entraîne pour un cent kilomètres et moi pour un marathon, alors le rythme n'est pas tout à fait identique. Quand je constate qu'on tourne les deux premiers en 1'04, ça m'embête... J'ai besoin de savoir si je peux les passer en moins d'1mn comme avant chacun de mes derniers marathons. Allez je vais lui servir de lièvre, faire mes 300 à la vitesse qui me convient, et je l'attendrais sur la récup'. Ah ! tout de suite ça va mieux ! Ça pique davantage, mais 58 secondes c'est plus rassurant pour moi. Hop, nous enchaînons les fractions, échangeant quelques mots entre chacune, et décollant l'une derrière l'autre à chaque reprise. C'est quand même plus ludique de cette façon.

Après deux kilomètres de retour au calme, je m'octroie une petite pause apéritive pour fêter la médaille de bronze de Mu sur les championnats de France de 100 km. J'essaye de ne pas trop lorgner vers les bières et les crackers, et j'en profite surtout pour discuter avec Yves et Chloé, et quelques autres athlètes souvent marathoniens qui comprennent si bien ce stress précompétitif qui nous gagne tous à l'approche du jour J. Encouragements, promesses de réussite, voilà sans doute ce que je suis venue chercher ce soir au stade.

Je repars ragaillardie... Mais pour combien d'heures ?

 

EPISODE 80 : mercredi 19 octobre 2016

Malgré mes tous petits huit kilomètres d'hier soir et l'apéritif pris au stade, ma balance est toujours au beau fixe. Mais puisque je suis à nouveau réveillée tôt (crotte, moi qui voulait faire de grosses nuits avant de partir!), je remonte sur mon vélo. Ce sera toujours ça de fait dans la journée, et ça de moins à faire ce soir surtout.

La journée au tribunal s'avère aussi efficiente que les deux précédentes et je pense arriver à être à jour avant demain soir. Une source de stress en moins.

Sortie du bureau, j'hésite à courir. Il fait froid, gris et il y a du vent. Oh la la ! Encore une fois je bénis le jour où j'ai choisi Toulouse plutôt que Nice Cannes. Me coltiner encore trois semaines d'entraînement le soir à cette période de l'année, trop peu pour moi ! Eric ayant eu la gentillesse de me rejoindre à Marlenheim avec son vélo, je m'impose quand même un footing semi nocturne plutôt que le tapis. Et finalement une fois que nous avons décollé ça se passe plutôt pas mal. On se chamaille, on se raconte nos journées, et voilà 10 kilomètres de fait sans même s'en rendre compte. Mon plan touche à sa fin... peut-être encore un footing d'une trentaine de minutes demain mais rien de sûr. La prochaine fois que vous entendrez parler de ma vie de coureuse et de mes baskets ce sera à mon retour de Toulouse...  J'espère avec le sourire, avec au moins avec la médaille de finisher et de toute façon avec une nouvelle expérience dans mon existence de marathonienne...

A bien y réfléchir, je n'ai rien à perdre ni à prouver (ou si peu). Certains me garderont leur amitié, leur amour, ou leur estime quoi que je réalise ce jour là. L'important est d'essayer, de faire au mieux, et peut-être d'y arriver.

Alors : andiamo et que la force soit avec moi tout au long du chemin, et surtout à la fin...

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Entrainement

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

36 commentaires

Questions & Réponses Entrainement

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok