1ère Edition du Marathon des Costauds, 2ème partie

1ère Edition du Marathon des Costauds, 2ème partie

9h06, le départ est donné pour cette 1ère édition. On attaque la partie route en premier.

Un départ des plus rapides, environ 300 concurents au départ dont 116 solo.

Le parcours est assez simple puisqu'il s'agît en gros d'un aller-retour entre le départ et le village de La Boissière.

Des petites routes sympathiques me rappelant par instant le Marathon du Lubéron, Marvejols-Mende pour le dénivelé ou la fin de la Milkil entre Lodève et Clermont-l'hérault.

Malgré ces 400 petits mètres de D+, j'arrive cependant à maintenir un bon rythme autour de 11,5 km/h.

Retour aux paddock, pour changer de pneumatiques, enlever mon maillot manche longue, et prendre le camel-back.

Dans ma précipitation, et pour ne pas trop refroidir les muscles, j'oublie de remettre mes semelles orthopédiques dans mes Trails.

Je le sens tout de suite 500m après être reparti, mais bon, je voulais pas faire demi tour (j'aurais peut être mieux fait).

Après le 1er faux plat, on arrive à retrouver une certaines allure et on oublie un peu cet handicap de semelles.

Les 1er faux plats nous ralentiront quand même un peu, la longue descente précédente sur l'asphalte a bien traumatisé les cuissots.

On en profite alors pour se réhydrater et s'alimenter, les sentiers larges font la part belle assez rapidement aux monotraces à travers la garrigue, le soleil est bien présent et cela sent fort bon le thym et le serpolet.

Comme c'est agréable de pouvoir courir en t-shirt un 11 décembre.

On arrive au ravito et on enchaîne par une succession de petites côtes sèches et de descentes rapides, techniques et glissantes sur des dalles humides suite au brouillard matinale.

Après quelques passages boueux, il est temps de faire demi-tour enpruntant cette fois des sentiers forestiers traversant plusieurs combes.

Le sol est moins dur et cela me permet de moins ressentir les douleurs dans mes genoux depuis le 28ème km.

Retour sur le ravito, où l'on discute un peu plus longtemps avec les bénévoles, quelques tranches de pâté, un petit verre de rosé, et un coca (l'esprit Trail est bien là).

On déroule ensuite, la descente me laissera quelques séquelles dans les genoux et les lombaires, mais bon, une fois revenu sur la route, je peux relancer un peu.

Au final un chrono un peu pourri 5h39'50" (j'espérais quand même 5h30, lol)

Conclusion : J'ai kiffé grave ce Marathon, certes il est pas fait pour établir un chrono, mais ce fût un vrai régal, que ce soit la partie route ou la partie Trail, du plaisir du début à la fin.

Je ne mets qu'une petite heure de plus que lors de mon dernier Marathon, pour la moitié en Trail avec 800m D+ en plus. Donc assez content pour cette fin de saison.

Un petit break s'impose avant de démarrer la nouvelle saison.

Je vous donne rendez vous en 2017 les amis, profitez pleinement, faites vous plaisir et passez de bonnes fêtes de fin d'année.

Et comme l'a dit un vieux sage : Mieux vaut suivre le bon chemin en boîtant que le mauvais d'un pas ferme.

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

14 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok