La Rochelle 2016

La Rochelle 2016

Tout commence cet été, lorsque mon collègue me dit qu'un de ses amis (Christophe) avec qui il fait des trails veut courir un marathon l'année de ses 40 ans. Mon collègue, bien que plus trail que bitume, a accepté de l'accompagner, et ils ont choisi le marathon de La Rochelle, fin novembre.

Ayant déjà rencontré Christophe lors d'un trail, mon collègue me dit que ce serait cool que je vienne avec eux, surtout qu'avec son ami nous sommes à peu près du même niveau.

Je consulte le calendrier et je me rends compte que La Rochelle est huit semaines après Reims. Après quelques jours de réflexion je décide de me joindre à eux, en précisant à mon collègue que j'essayerai d'accompagner Christophe le plus longtemps possible pour qu'il puisse finir son marathon en 04 heures 30.

Tardant un peu à m'inscrire je loupe le premier tarif pour quarante huit heures, pas grave.

Je décide de gérer l'hébergement, pour ce faire je me rends sur le site du marathon où se trouve tous les bonnes adresses pour se loger durant le week end du marathon. Là je tombe sur l'Auberge de Jeunesse qui propose des tarifs spécifiques pour les marathoniens. Je les contacte par mail pour avoir un devis et là quelle surprise lorsque je reçois le dit devis. Jugez plutôt : deux nuits (dans une chambre pour quatre) + repas (spécial marathonien) du samedi soir + petit déjeuner (marathonien) du dimanche matin + repas d'après course + petit déjeuner du lundi = 190 Euros, soit environ 63 Euros par personne.

J'en parle à mon collègue et à Christophe et ils me disent que je peux réserver, ce que je fais dans l'heure qui suit avec juste un acompte de 30 Euros à verser.

Bon maintenant que tout est prêt (mon collègue lui s'est chargé des billets de train), il ne reste plus qu'à, pour mon collègue et Christophe se préparer pour La Rochelle et pour moi finir ma préparation pour Reims.

Les semaines passent, mon collègue et Christophe se préparent avec assiduité, pour ma part je finis ma préparation pour Reims.

Arrive le marathon de Reims que je cours avec le chrono que vous savez. Christophe a couru le semi de Reims en 01 heure 55 et à priori il est en super forme, ce qui est de bonne augure pour le marathon. Par contre pour mon collègue les galères vont commencer, suite à des douleurs à un genou il préfère renoncer au semi de Reims pour se préserver pour La Rochelle, et il revoit à baisse ses ambitions pour le marathon et décide de viser 04 heures 30 comme Christophe.

Après Reims et sur les conseils avisés de beaucoup d'entre vous j'ai respecté plusieurs jours d'abstinence de course à pieds (une dizaine au total). Toujours en suivant vos conseils je reprends tranquillement la course à pieds, avec deux séances hebdomadaires.

Oui mais voilà les soucis vont s'enchainer !!!!!!!!!!

Pour mon collègue tout d'abord, ses douleurs au genou ne disparaissent pas, et le médecin du sport qu'il consulte début novembre lui interdit formellement de prendre le départ du marathon de La Rochelle !!!!!!!!!

Sur le coup nous sommes deux a être déçus, mon collègue, lui, l'est énormément, mais il décide de tout de même nous accompagner à La Rochelle comme accompagnateur.

A mon tour maintenant. Alors que tout va pour le mieux au niveau de mes deux sorties hebdomadaires, je suis obligé d'arrêter mes séances deux semaines avant l'échéance. Pas de blessure, mais des horaires à rallonge au boulot vont très nettement diminué mes heures de sommeil du coup je sens la fatigue monter de jours en jours. Par cons équent je sens que le marathon risque d'être compliqué et j'espère juste pouvoir accompagner Christophe le plus longtemps possible.

Samedi 26 novembre 2016 à 09 heures 15 direction la gare TGV de Reims puis direction La Rochelle avec une escale d'une petite heure à la gare TGV Futuroscope, où nous avons du marcher un bon quart d'heure pour trouver une petite boulangerie pour y acheter un sandwich pour notre déjeuner.

15 heures 30 arrivée à La Rochelle. Nous nous dirigeons au village marathon pour y retirer nos dossards et s'y balader un peu.

 J'en profite pour acheter une ceinture FITLETIC que je porterais d'ailleurs le lendemain.

Je contacte Bitume qui a déjà quitté le village et nous nous donnons rendez vous pour le lendemain au niveau de l'Aquarium, Lolo y sera aussi. Avec Christophe on regarde le parcours du marathon, et notamment le lieu de notre départ. Pour ceux qui ne le savent pas (moi je l'ai découvert cette année) à La Rochelle il y deux lieux de départs (même trois si on compte celui du dix kilomètres). Le premier, pour toutes les féminines, les hommes V2 à V4 (ou M2 à M4), les participants du duo et ceux du challenge entreprise est au niveau du village marathon. Le deuxième est un peu plus loin dans La Rochelle et est pour les hommes Séniors et V1 (ou M1), c'est là qu'avec Christophe nous prendrons le départ.

Puis nous nous dirigeons à l'Auberge de Jeunesse qui se trouve à environ un kilomètre et demi du village marathon, en plus nous avons de la chance pour nous y rendre nous longeons le port sous un magnifique soleil.

Arrivés à l'auberge nous sommes très bien accueillis, on nous explique toutes les modalités de notre séjour. Nous constatons qu'il y a beaucoup de runners qui vont séjourner à l'auberge.

Après avoir pris possession de notre chambre, Christophe et moi nous préparons notre tenue pour le lendemain, puis nous retournons tous les trois dans La Rochelle pour profiter de ce bel après midi ensoleillé. Nous arrêterons boire un verre (Badoit pour moi) dans un bar « Les Enfants du Rock » que je vous conseille pour l'accueil de son personnel et sa décoration.

Puis retour à l'auberge de jeunesse pour le dîner. Dans l'offre il était mentionné que c'était un repas réalisé pour les coureurs et c'est le cas : soupe + crudités + spaghettis (avec au choix : poulet sauce curry – bœuf sauce bolognaise – saumon) + gâteau de semoule + fruits. Et en plus c'est bon !!!

Après cet excellent repas, direction le bar de l'auberge de jeunesse pour prendre un café et regarder la première mi-temps de France – Blacks.

Bon allez maintenant il est temps d'aller se coucher car il paraît que demain matin il y a 42 kilomètres et 200 mètres à courir.

Dimanche 27 novembre à 06 heures, réveil, puis direction le petit déjeuner... l'offre de l'auberge indiquait qu'il était préparé en fonction des besoins des coureurs et comme pour le dîner de la veille ce sera vraiment le cas, avec même des viennoiseries pour les non coureurs.

Après s'être rempli l'estomac, retour à la chambre pour s'équiper, mais avant petit tour dehors pour prendre la température. Vu la fraicheur, il va falloir sortir les manches longues car j'aime bien le frais mais bon, en plus je prends un coupe vent léger car en bord de mer ça peut être utile. Avec Christophe on s'affaire donc à se préparer pendant que mon collègue reste bien au chaud sous la couette, il préfère ne pas venir assister au départ mais nous retrouvera sur le parcours et à l'arrivée. Une fois habillé et la ceinture attachée, on quitte l'auberge pour se rendre dans un premier temps à L'Aquarium pour y retrouver Bitume et Lolo. Le trajet se fait en longeant le port et nous en profitons pour nous échauffer un peu en trottinant.

Arrivés à l'Aquarium, nous y retrouvons Bitume (beaucoup plus habillé que la tenue qu'il portera pour courir) Lolo nous rejoint. On discute un peu et notamment des chronos que chacun d'entre nous vise et/ou espère. Bitume aura une phrase qui me reviendra plus tard en tête : « De toute façon on saura rapidement si on est bien », il ne croyait pas si bien me concernant. Bitume demande à un concurrente de nous prendre en photo, la pauvre sera même obligé de retirer un gant pour la prendre. Je vous aurai bien mise la photo sur la chronique, mais Bitume ne me l'a pas transmise au moment où je rédige la chronique. (Pas grave car je pense qu'il l'aura mise dans sa chronique). Nous nous quittons pour rejoindre nos départs, Bitume partant du premier départ où il a la chance d'être entourée de toutes les participantes. Christophe, moi-même et Lolo nous partons du deuxième départ où le manque de féminité se fera ressentir. Lolo devant passer d'abord par la consigne, avec Christophe nous le quittons et nous dirigeons vers le départ en trottinant et en marchant.

Nous arrivons au départ, il n'y a pas de SAS selon les chronos visés, mais avec Christophe nous nous mettons quelques dizaines de mètre derrière le meneur des 04 heures 15. Malheureusement pour nous mais surtout pour Christophe il n'y a pas de meneur d'allure 04 heures 30.

Quand on voit le monde qu'il y a sur notre seul départ on comprends mieux pourquoi l'organisation a mis en place deux départs.

Un petit selfie avant le départ. Les têtes ne seront plus les mêmes à l'arrivée !!!!

09 heures : Top départ !!!!!!!!!! (les participants en fauteuil ainsi que des mal-voyants sont partis quelques minutes avant)

Le départ s’étale plutôt bien, lorsqu'avec Christophe nous passons la ligne de départ les premiers sont partis que depuis trois minutes environ.

Après quelques mètres nous empruntons la même rue que ceux du premier départ mais nous sommes séparés par des barrières et au bout de quelques mètres nos parcours se séparent. Nous nous rejoindrons tous vers le troisième kilomètre.

J'indique à Christophe qu'il nous faut partir prudemment et nous caler sur un temps de 31 à 32 minutes tous les cinq kilomètres. Je décide donc de surveiller ma montre et de le tenir informé. Au troisième kilomètre nous retrouvons donc les concurrents partis depuis le premier départ.

Cinquième kilomètre, je consule ma montre et nous avons environ une minute d'avance sur le chrono prévu. Christophe étant parti avec son camelback (habitude de trailer) et quelques pâtes de fruits je lui conseille de ne pas s'arrêter et de continuer en ralentissant un peu. Pour ma part n'ayant que des pâtes de fruit sur moi, m'arrête pour m'hydrater et manger un pâte de fruits. Au bout de quelques mètres je retrouve Christophe et nous continuons notre bonhomme de chemin.

Dixième kilomètre, nous avons environ une minute trente d'avance, nous gérons le ravitaillement comme le premier. Lorsque je rejoints Christophe je lui dis que nous sommes bien niveau chrono un peu en avance mais pas trop, et surtout je sens qu'il est concentré sur sa course et surtout qu'il est très bien.

Oui mais voilà, en ce qui me concerne la phrase dite par Bitume lors de notre rencontre (allez voir plus haut) me revient en tête car même si je suis bien au niveau cardio, je commence à sentir que mes jambes se durcissent et je sens que je ne vas pas pouvoir accompagner Christophe jusqu'au bout. Mais pas question que je lui dise ou qu'il s'en rende compte. Du coups je continue de bavarder avec lui tout et de le tenir informé de notre rythme de course. On profite en plus du joli parcours Rochelais.

Quinzième kilomètre, troisième ravitaillement, nous avons environ deux minutes d'avance sur notre objectif Christophe me dit qu'il a encore du solide à manger, donc comme pour les deux premiers ravitaillements je lui dis de ne pas s'arrêter et de continuer en ralentissant un peu. Pour ma part je m'hydrate et mange une pâte de fruits. Mais surtout ce ravitaillement me confirme ce que je ressens depuis quelques kilomètres je ne vais pas pouvoir rester avec Christophe. Mais pas question de lui dire et de lui montrer.

Juste avant le vingtième kilomètre petite photo officielle.

Vingtième kilomètre, là nous avons plus de deux minutes d'avance, Christophe est toujours concentré et me dit que tout va bien, pour ma part ça va pas super les jambes deviennent vraiment très dures par moment. Il est donc temps de trouver une solution pour laisser Christophe partir seul et qu'il ne veuille pas rester avec moi car je risque de devenir un poids et non un motivant. Le ravitaillement se trouve entre le vingtième kilomètre et le semi. Christophe me dit qu'il va prendre du solide au ravitaillement. Et là je lui dis de repartir sans m'attendre car je dois m'arrêter aux toilettes pour me soulager. Je lui dis de garder un rythme d'environ 6'20 – 6'25 au kilomètre jusqu'au bout et que de toute façon j'arriverai à le rattraper. (Bon ok j'ai menti mais si je lui avais dit que je n'étais pas bien je ne voulais qu'il décide de rester avec moi)

Donc je suis bien allé me soulager, et je suis reparti du ravitaillement, tout en sachant que je ne reverrais Christophe qu'après la ligne d'arrivée.

Toutefois du semi au vingt cinquième kilomètre mes jambes m'ont laissé tranquille et j'ai réussi a courir à un rythme pas trop loin de 6'25 au kilomètre. Mais bon après le ravitaillement du vingt cinquième où je me suis bien hydraté, les jambes ont commencé à redevenir dures, voir très dures par moment. Craignant les crampes si tôt, j'ai donc décidé de lever le pied, mon objectif devenait alors de passer la ligne d'arrivée dans les temps et sans pépin physique.

A compter du trentième kilomètre ne plus de prendre plus de temps à chaque ravitaillement je décide d'alterner marche et course, car je sens que les crampes ne sont pas loin.

Ma deuxième crainte, la première concerne l'arrivée des crampes, est que Christophe ait une défaillance et que je me retrouve avec lui avant l'arrivée, heureusement ma deuxième crainte n'aura pas lieu. Par contre pour la première crainte elle aura bien lieu et ce vers le trente cinquième kilomètre.

Toutefois j’arrive à courir à peu près correctement les derniers mille cinq cents mètres et ce malgré quelques secteurs pavés (c'est définitif, j'ai vraiment horreur de courir sur les pavés).

Plus que quelques mètres et voici le tapis bleu puis la ligne d'arrivée.

J'arrête la montrer et j'y jette un rapide coup d'oeil : 05 heures 03 minutes, hé ben mon vieux tu t'es trainée sur le deuxième semi !!!!!!!!!!!!

 Photo officielle, en effet la tête n'est plus du tout la même qu'au départ.

Après la ligne je reçois la médaille qui est magnifique, le coupe vent et bien sûr la bourriche d'huitres (18 au total par finisher). Puis je me dirige vers le ravitaillement d'arrivée.

Tout en me restaurant je consulte mon téléphone portable, mon collègue me dit qu'il m'attend avec Christophe à la terrasse du bar « Les Enfants du Rock ». Je les rejoints, mon collègue me félicite, car avec les derniers jours de boulot il pensait que je n'aurais pas aller au bout. Christophe m'indique qu'il a fait 04 heures 40 et qu'il a eut un coup moins bien un peu avant le trente cinquième kilomètre. Je le félicite pour son chrono pour un premier marathon. On boit une bonne bière en terrasse pour fêter le premier marathon de Christophe.

Puis nous retournons à l'auberge de jeunesse, par contre je ne sais pas pourquoi, mais avec Christophe on va beaucoup moins vite que ce matin lorsque nous avons fait le trajet inverse.

Arrivés à l'auberge de jeunesse, une bonne douche puis direction le repas d'après course qui comme celui de la veille au soir est vraiment au top (tout ce qu'il faut pour recharger les batteries et très bien préparé)

A l'issue une petite sieste qui nous fera le plus grand bien. Puis dans la soirée nous mangerons nos huitres (qui étaient déliceuses) arrosées d'un petit vin blanc, histoire de clore un superbe week end.

Puis direction le lit pour notre dernière nuit avant de renter à Reims le lendemain matin.

BILAN :

  • Personnel : Je suis bien sûr déçu de mon chrono et surtout de ne pas avoir pu accompagner Christophe plus longtemps pour qu'il puisse faire son premier marathon en 04 heures 30. Mais les quinze derniers jours de boulot intense ne m'ont pas aidé à être au mieux en plus je pense que corps n'est pas prêt pour enchainer deux marathons en huit semaines, je manque d'expérience pour deux course si proches l'un de l'autre. Un grand plaisir d'avoir rencontré Lolo et Bitume
  • Course : Un marathon que je conseille vivement et pour plein de raisons : le lieu – le parcours – les bénévoles – les spectateurs. Franchement si certains d'entre vous veulent le faire n'hésitez pas et je vous recommande de loger à l'auberge de jeunesse leurs prestations sont superbes et à la hauteur de leurs promesses et les tarifs sont vraiment intéressants
 

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

26 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok