Courir au Costa Rica

Courir au Costa Rica

J’ai eu la chance de partir 10 jours en vacances au Costa Rica avec ma petite famille. Que du bonheur ! Le pays est magnifique et les habitants sont vraiment très sympathiques.

Cependant, je dois gérer mon plan d’entrainement marathon ce qui ne s’annonce pas très évident au vu du programme de visite prévu. Donc, mon objectif est de maintenir le rythme…

Au niveau météo, je suis passé des frimas dijonnais à la chaleur humide tropicale.

Le premier jour est un jour de vol et aucune possibilité de courir car les allées de l’avion sont encombrées et pas assez longues, donc repos forcé.

Le lendemain, le lundi, nous sommes dans la capitale San José et après une journée de visite j'ai deux heures de temps libre. Je saute dans mes runnings et je pars courir dans le seul parc de la capitale heureusement situé à 400 mètres de l'hôtel. Le plan prévoyait 1 heure de footing, mais ne sachant pas si je pourrai courir comme prévu par le plan cette semaine, je préfère travailler un peu ma vitesse. La séance est difficile car il y a beaucoup de vent et la chaleur est de 28° avec un degré d'humidité élevé. A l'intérieur du parc, je tombe sur une piste d'athlétisme... Donc c'est parti pour quelques 400 mètres. Finalement, je réussis à courir 16 km à un bon rythme. Tout va bien.

Le mercredi les choses se compliquent car nous sommes en pleine jungle à Tortuguero. Il n'y a aucun endroit pour courir. Nous sommes arrivés à l'hôtel par le fleuve et il n'y a ni route, ni chemin. Seule possibilité : courir dans les allées de l'hôtel. C'est parti pour 6 km au total avec 10 minutes d'éducatifs sur la plus longue allée qui fait 100 mètres. Ces 40 minutes suffiront pour me donner ma dose d’endorphine pour patienter. Les clients et le personnel de l’hôtel me regardent évidemment avec curiosité…

Le jeudi, nous sommes à Porto Viéjo. Il fait nuit, mais je dois absolument aller courir pour tenir mon kilométrage hebdomadaire. Je me lance sur la route pas très éclairée, mais finalement peu fréquentée à cette heure. Je réussis à courir une heure en plaçant un 3000 et un 2000m à vitesse marathon. Dans la forêt tropicale environnante, j'entends des singes hurleurs et plein d’autres bruits bizarres… Mieux vaut ne pas savoir ce que c’est ! Je croise quelques chiens errants, heureusement pas très agressifs au final. J’ai à ce moment-là une petite pensée pour Canelle, la mascotte du site Esprit Running. Satisfait, je rentre à l'hôtel à 19h00 où je croise notre chauffeur Marco qui m'avait proposé d'aller courir ensemble. Rendez-vous est pris pour le lendemain matin à 6h00.

Le vendredi réveillé à 5h par les singes hurleurs et les oiseaux, je vais à la réception où Marco est bien là. C'est parti et nous prenons la même route que la veille, mais la nature tropicale apparaît dans toute sa splendeur. Nous verrons des singes, un paresseux et un serpent. Ce n'est plus un footing, mais un safari ! Marco court lentement ce qui me permet une discussion à bâton rompu sympa et il me demande quelques conseils pour progresser. Il me demande plusieurs fois de courir 1 km à ma vitesse marathon pour voir ce que cela représente. Finalement la séance fera 15 km en 1h40mn. Sans doute la séance la plus lente depuis que je cours, mais vraiment une course sympa ! Par contre, une petite douleur à la cheville droite extérieure est apparue...

Samedi, une pause serait raisonnable... Mais j'ai trop envie d'aller courir. Donc je me lance et dehors il fait déjà bon et le taux d'humidité est proche des 85%. Hydratation et petite bouteille d'eau obligatoire ! Après les traditionnels 5 km d'échauffement en 5 minutes au km, j'accélère sur 5000m puis sur 3000m à vitesse marathon. Je réussis enfin à placer cette séance prévue dans mon plan. A mi-parcours, j'arrive à Manzanillo, jolie plage tropicale avec ambiance jamaicaine. La petite douleur a disparu. Ouf ! Après l’effort le réconfort avec un petit déjeuner royal : assiette de fruits, oeufs brouillés, tartine et chocolat chaud près de la piscine.

Nous sommes dimanche et toujours pas envie de faire une petite pause. Réveillé à 4h du matin, je pars courir à 5h30 avec en fond de paysage le volcan Arenal. Aujourd'hui, pas d'exercice au menu car il y a du dénivelé. Il y a beaucoup de VTT qui partent faire le tour du lac Arenal et dans les montées je me fais un petit plaisir en doublant deux VTT sans oublier de les saluer bien sûr. Je réussis à placer un 2,5 km à vitesse marathon mais ensuite impossible au vu de la succession des montées et des descentes. Au bout d'un moment je ne reconnais plus la route... Je suis perdu ! Je continue à courir en espérant tomber sur le village suivant... Hélas celui-ci est encore éloigné et je suis attendu pour le transfert en bus vers une autre destination. Heureusement, je m'arrête dans une agence de voyage qui réussit à contacter mon hôtel. Le chauffeur vient me chercher et je rentre à l'hôtel en voiture en affrontant les sourires et les blagues du guide et de ma famille.

Après une pause d'une journée imposée par un départ matinal pour le transfert, nous sommes arrivés à Tamarindo mardi. Je pars courir à 6h30, il fait déjà très chaud et le vent est assez fort. Le parcours est sympa mais le dénivelé, la chaleur et le vent rendent la séance assez difficile. Je réussis à placer 40mn à une vitesse proche de ma vitesse marathon soit environ 10 km.

Déjà le dernier jour et je programme une longue sortie car je sais que le lendemain j’ai une journée de transport où mes jambes seront au repos obligatoire. Je pars courir à 5h45 ; il fait toujours aussi chaud et le vent est encore plus fort. Il est temps selon moi de commencer les sorties longues et je me lance pour 25 km. Au vu du terrain et du dénivelé, il me paraît difficile de caser dans cette séance des périodes à vitesse marathon. Je décide alors de découper ma séance en 5 x 5 km et d’essayer de tenir une moyenne de 5 mn au km. Au 15ème km, je calcule qu'il me faut rattraper 170 secondes en 10 km pour relever mon défi, soit du 4'43" au km. Le 4ème 5000 mètres est en dénivelé négatif et le vent dans le dos ce qui me permet, non sans effort d'afficher un 4'40''. Le dernier 5000 mètres est couru en 4'43'' et j'atteins mon objectif avec 4'59'' au km : YES ! Finalement belle séance avec un petit jeu qui a bien animé ma sortie longue.

Je repars ainsi du Costa Rica pleinement satisfait. Les vacances ont été fantastiques et la petite famille est ravie et j’ai réussi à courir en conciliant effort et plaisir.

Crédit photo


Rejoignez la communauté active sur Facebook !

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

(Ça ne vous fera pas courir plus vite mais ça pourra faire des heureux -euses !)

J'aime Commenter

Plus d'Actualités Courses

Plus d'infos
  • A propos de l'auteur

10 commentaires

Questions & Réponses Courses

CHALLENGE Running Club

  • J'aime J'aime
  • Commenter Commenter
  • Proposer une actualité Proposer une actualité
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. Pour obtenir plus d'information sur les cookies, vous pouvez consulter notre politique.
Ok